La start-up Camynoo vous permet de retrouver votre chat ou votre chien en un clic

INNOVATION Une start-up toulousaine lance Camynoo qui permet de retrouver son animal perdu en un clic et grâce à un réseau dédié…

Beatrice Colin

— 

Un chaton dans un arbre. Illustration.
Un chaton dans un arbre. Illustration. — Superstock/SIPA

Un matin, Tigrou, le chat de la famille Dorange, a disparu de la circulation. Durant une semaine, ses propriétaires ont passé au peigne fin le quartier, appelé la gendarmerie, placardé des affiches. En vain. Ils ont fini par utiliser les réseaux sociaux pour diffuser leur avis de recherche. Finalement, c’est un vétérinaire qui les a contactés pour leur signaler que leur matou avait été déposé anonymement chez lui.

Une galère qu’Anne Dorange, une habitante de Cugnaux, au sud de Toulouse, a décidé de mettre à profit en créant une communauté de bonnes âmes, les Camynoo Angels, doublée d’un « Pet Tracker » pour suivre les matous et autres animaux de compagnie à la trace.

>> A lire aussi : Cinq pépites high-tech toulousaines qui veulent faire sauter la banque à CES 2017 de Las Vegas

Cette innovation technologique sera commercialisée en juin prochain par la jeune start-up. Ce collier étanche et à faible consommation d’énergie, permettra de géolocaliser le fugueur grâce au réseau bas débit LoRa, de savoir s’il est en bonne santé ou encore s’il a été victime d’un impact.

Alerte SMS 

Et dès qu’il sortira de sa « safe zone », ses maîtres seront informés de ses velléités de découverte du monde. « Son propriétaire déclenchera alors l’alerte et instantanément les Camynoo Angels seront informés par SMS qu’un animal a disparu dans la zone où il se trouve et pourront cliquer sur un lien pour voir son profil », explique Anne Dorange, la fondatrice du site qui sortira une application en mars.

Car c’est bien ce qui différencie Camynoo d’un simple collier connecté. Il s’appuie sur un réseau de personnes, prêtes à se lancer dans les recherches dans leur quartier grâce à sa fiche d’identité reçue en notification.

Lors de son inscription sur la plateforme (24 euros/an), les propriétaires doivent en effet remplir une fiche de profil comme il le ferait pour un site de rencontres. Age, poids, couleur, sportif ou sédentaire.

Plus efficace que la bonne vieille méthode des pancartes et plus ciblée grâce à la géolocalisation que les pages d’avis de recherche sur les réseaux sociaux. « Mais vous êtes bombardés d’informations pour lesquelles vous ne pouvez pas intervenir. Du coup, il y a parfois un désintérêt », relève Anne Dorange, la fondatrice du site qui espère avoir rapidement 10.000 abonnés et 50.000 Camynoo Angels.

D’ici 2019, le collier Camynoo pourra être remplacé par un implant. La start-up bosse actuellement avec le laboratoire du Laas-CNRS sur ce projet qui permettra de mettre au point une puce miniaturisée et communicante, qui pourra avoir des fonctionnalités comme le suivi du rythme cardiaque. Et pourra pourquoi pas servir dans les troupeaux d’élevage pour repérer et analyser le comportement des brebis galeuses.