Le siège du groupe pétrolier Total à la Défense.
Le siège du groupe pétrolier Total à la Défense. — PIERRE ANDRIEU / AFP

JUSTICE

Procès AZF: Pour la CGT, Total doit être sur le banc des prévenus

La CGT a manifesté lundi, à la veille de l’ouverture du troisième procès de la catastrophe AZF, pour demander le jugement et la condamnation du groupe Total…

Ils veulent que Total soit sur le banc des prévenus. A la veille de l’ouverture du troisième procès AZF, lundi, des membres de la CGT ont demandé lundi à ce que le groupe pétrolier soit jugé et condamné, au même titre que sa filiale, Grande Paroisse.

Responsabilités dans l’organisation du travail

« Verra-t-on enfin avec ce nouveau procès une justice digne d’une véritable démocratie ? Pour l’instant, la direction de Total n’est pas inquiétée. Des moyens illimités sont donnés par Total depuis 15 ans pour arriver à se dédouaner sur le plan juridique, médiatique et pénal », a dénoncé Carlos Moreira, secrétaire général de la Fédération nationale des industries chimiques de la CGT devant le siège de Total à La Défense.

>> A lire aussi : Quels sont les enjeux de ce troisième round judiciaire ?

Si la citation directe déposée par plusieurs parties civiles à l’encontre de Total et de son ancien patron Thierry Desmarest aboutie, le géant de l’énergie pourrait se retrouver aux côtés de l’ex-directeur de l’usine AZF, Serge Biechlin, et de sa filiale, Grande Paroisse, filiale de Total, sur le banc des prévenus.

Pour les experts judiciaires, l’explosion est due au mélange accidentel entre deux substances incompatibles : des produits chlorés et du nitrate d’ammonium. « Cet accident est lié avant tout à l’organisation du travail, avec la volonté de sous-traiter au maximum les activités sur le site sans se soucier de la cohésion », relève Carlos Moreira.