Petits As de Tarbes: A 13 ans, Leo, le fils de Björn Borg, est déjà un phénomène... médiatique

TENNIS Leo Borg a gagné son premier match, lundi, lors du très réputé tournoi des Petits As de Tarbes. Le fils du légendaire Björn Borg, âgé de 13 ans, n’est pas passé inaperçu, bien malgré lui…

Nicolas Stival
— 
Leo Borg, 13 ans, après sa première victoire au tournoi de tennis des Petits As de Tarbes, le 23 janvier 2017.
Leo Borg, 13 ans, après sa première victoire au tournoi de tennis des Petits As de Tarbes, le 23 janvier 2017. — N. Stival / 20 Minutes

Des photographes qui l’entourent avant le match, des demandes de selfies et d’autographes après, une dizaine de journalistes pour l’entendre « debriefer » son match… Même s’il ne fait pas partie des têtes de série du Tournoi des Petits As, Leo Borg est sans conteste la vedette de la 35e édition de ce Mondial officieux des 12-14 ans.


Forcément, le jeune Suédois de 13 ans ne choisit pas la facilité en suivant dans la carrière son père, le légendaire Björn, son bandeau, sa raquette en bois et ses onze titres du Grand Chelem. Pour l’heure, Leo, parmi les 30 meilleurs Européens de son âge, n’a que le bandeau en commun avec son illustre paternel. « Il a les mêmes yeux, ajoute Jean-Claude Knaebel, indéboulonnable directeur du rendez-vous tarbais. C’est sûr qu’il y a une effervescence autour de lui. »


Les deux matchs féminins sur les courts qui jouxtent le central se sont en effet disputés dans le plus parfait anonymat ce lundi. A côté, Borg junior accrochait les regards pendant qu’il matait difficilement au premier tour l’accrocheur petit Italien Giorgio Tabacco (6-4, 7-6). « C’est toujours comme ça », souligne Rickard Billing, coach du jeune Suédois, beaucoup plus expressif que son paternel, aka « Ice-Man », sur un court.

Du caractère et un jeu offensif, aux antipodes du paternel

Regard tueur, (légère) prise de bec avec l’arbitre, jet de raquette… Leo affiche un caractère certain, combiné à un bon service (des pointes frisant les 170 km/h) et à une propension à monter au filet dès qu’il le peut. Vous avez dit bizarre ? « J’ai un jeu offensif », confirme le préadolescent, bien plus timide devant les micros que sur le Greenset du Parc des expos de Tarbes.

Via quelques courtes phrases, prononcés d’une petite voix, le blondinet explique qu’il a commencé le tennis « à trois ans, avec (sa) grand-mère comme premier coach. » « A dix ans, j’ai réalisé que ça pouvait être sérieux », ajoute cet admirateur de Rafael Nadal, également fan de football.

Leo Borg (à gauche) avant son match contre l'Italien Giorgio Tabacco, le 23 janvier 2017 aux Petits As de Tarbes.
Leo Borg (à gauche) avant son match contre l'Italien Giorgio Tabacco, le 23 janvier 2017 aux Petits As de Tarbes. - N. Stival / 20 Minutes

A-t-il conscience de ne pas avoir choisi la facilité en voulant suivre la voie de son père (coucou Enzo et Luca Zidane ou Thibault Giresse) plutôt qu’un autre sport ? Apparemment oui, mais que voulez-vous, « le tennis, c’est plus fun », lâche-t-il. Et au fait, lorsqu’on est coach, ce n’est pas trop dur de diriger le fils d’une légende ? « Non, répond Rickard Billing. Déjà, Leo est une bonne personne. Ensuite, Björn m’a dit : « Je suis le père, mais vous êtes le coach ». »


Est-ce que Borg senior a prévu de faire un détour par Tarbes avec son épouse Patricia ? Jean-Claude Knaebel, le patron des Petits As, a reçu un mail de l’ancien numéro 1 mondial. « S’il fait plusieurs tours, peut-être que son père viendra le soutenir », glisse-t-il simplement.

Bientôt au cinéma dans le rôle de son père

Manifestement, le sphynx suédois n’entend pas ajouter de pression sur les épaules déjà alourdies de son jeune fils, qui rêve simplement de devenir « un très bon joueur de tennis. »

Mais le grand public n’est pas près d’arrêter les comparaisons : Leo joue en effet le rôle de Björn adolescent dans le film Björn vs McEnroe (avec Shia LaBeouf), dont la sortie est prévue en septembre 2017.