Champions Cup: Mais au fait, ça vaut vraiment le coup que le Stade Toulousain se qualifie?

RUGBY Le Stade Toulousain jouera son avenir en Champions Cup dimanche face aux Irlandais du Connacht. En cas de qualification, il disputerait son quart de finale chez un grand d’Europe…

Nicolas Stival

— 

Le troisième ligne François Cros lors de la défaite sur la pelouse du Connacht, à Galway, le 15 octobre 2016.
Le troisième ligne François Cros lors de la défaite sur la pelouse du Connacht, à Galway, le 15 octobre 2016. — P. Faith / AFP

Pas besoin de sortir les calculettes. Pour disputer son premier quart de finale de Champions Cup depuis trois ans, le Stade Toulousain doit battre le Connacht, dimanche à Ernest-Wallon, avec au moins sept points d’écart, sans que la province irlandaise, victorieuse à l’aller (23-21), n'accroche le bonus offensif.

Les Rouge et Noir finiraient alors parmi les trois meilleurs deuxièmes de poule. La première place de ce groupe 2 est inaccessible : une défaite des Anglais des Wasps chez les « Zebre » de Parme est à peu près aussi probable qu’une participation de Serge Blanco à la Coupe du monde 2019 au Japon.

Si le Stade Toulousain monte dans le grand huit européen, il atteindrait son premier objectif de la saison, la seconde étant une place en phase finale du Top 14. Mais que pourrait-il espérer ensuite, le week-end du 1er avril ? « Si on parvient à se qualifier, ce sera une autre paire de manches, admet Yoann Maestri. On se déplacerait chez un gros. »

Sans doute à Clermont, chez les Saracens de Londres ou bien en Irlande sur les terres du Leinster ou du Munster… « On s’est déjà déplacé en quart avant d’être lourdement battu », rappelle le deuxième ligne international. Pas plus tard qu’il y a trois ans, chez le Munster justement (47-23).

 

Le quadruple lauréat de l’épreuve a disputé six quarts à l’extérieur dans sa glorieuse histoire, et n’en a gagné que deux (voir infographie). Plus globalement, sur les 80 quarts de finale disputés depuis 1996-97 (l’année précédente, lors de la première édition, on jouait directement les demies), seules 19 formations ont gagné loin de chez elles. On a déjà vu des stats plus encourageantes…

>> A lire aussi : Wasps-Stade Toulousain: Buteur en panne, naïveté... Toulouse s'est sabordé

« Dans ce cas, on ne se qualifie pas alors, s’amuse le capitaine toulousain Thierry Dusautoir, interrogé sur le sujet. Si tu as peur, ce n’est pas la peine d’y aller. » Après tout, à quelques secondes près, les Rouge et Noir créaient la surprise samedi sur la pelouse des Wasps, leaders du championnat d’Angleterre (17-14). Mais c’était un match de poule. Et il a finalement été perdu.