Stade Toulousain-France 98: Du rugby, puis du foot et un grand concert… C’est quoi ce match ?

BONNE ACTION Le Stade Ernest-Wallon accueillera le 10 juillet une rencontre caritative entre le Stade Toulousain et les Bleus de France 98, avec sans doute Didier Deschamps et Zinédine Zidane…

Nicolas Stival

— 

Fabien Pelous, Pascal Olmeta, René Bouscatel et Jérôme Ducros lors de la présentation du match Stade Toulouse - France 98, jeudi au stade Ernest-Wallon de Toulouse.
Fabien Pelous, Pascal Olmeta, René Bouscatel et Jérôme Ducros lors de la présentation du match Stade Toulouse - France 98, jeudi au stade Ernest-Wallon de Toulouse. — N. Stival / 20 Minutes

C’est Pascal Olmeta qui l’affirme : « Ce match, c’est avant tout un clin d’œil à la vie ». L’ancien gardien de but, président de l’association « Un sourire, un espoir pour la vie », était présent ce jeudi au stade Ernest-Wallon pour présenter la rencontre caritative entre le Stade Toulousain et France 98, programmée le 10 juillet. A ses côtés, le président des Rouge et Noir René Bouscatel, d’humeur blagueuse, son directeur sportif Fabien Pelous et l’ancien président du club de Luzenac Jérôme Ducros, qui représentait le grand absent Fabien Barthez, « bloqué à Paris » par ses activités de pilote automobile.

>> A lire aussi : Zidane et France 98 devraient défier le Stade Toulousain pour la bonne cause

Comment ça marche ?

Pendant une première mi-temps de 40 minutes, les champions du monde 1998 et le club de rugby le plus titré d’Europe vont se défier avec un ballon ovale, dans une partie à toucher (sans plaquage). Après une pause pour changer les poteaux par des cages de football, les joueurs enchaîneront par 45 minutes de ballon rond. Et au fait, quel sera le barème ? « Chaque essai comptera un point, et chaque but aussi », répond Fabien Pelous. La formule a fait ses preuves au stade Mayol de Toulon, en 2013 pour un duel entre le Rugby Club Toulonnais et l’OM, puis en 2015 entre le RCT et France 98.

Quelles animations avant et après ?

Le match devrait débuter à 18 heures, et pourrait être diffusé sur beIN Sports. « Je pense qu’il sera retransmis dans pas mal de pays », pronostique Olmeta. Le dispositif exact reste à définir, mais des matchs mixtes foot-rugby auront lieu les jours précédents entre des équipes de jeunes sur les terrains annexes d’Ernest-Wallon. Les finalistes joueront en lever de rideau de la rencontre de gala.

Et le spectacle continuera après le coup de sifflet final. « Il y aura un magnifique concert avec des stars françaises et internationales », promet Jérôme Ducros. Pour connaître les noms des vedettes en question, il faudra encore patienter un peu.

A qui reviendra la recette ?

Le prix des places sera compris entre 10 et 40 euros « avec des invitations pour des associations d’enfants handicapés ou malades », assure Olmeta. « 100 % de la billetterie sera versée à notre association », précise l’ancien footballeur corse. Créée voici douze ans, « Un sourire, un espoir pour la vie » vient en aide aux enfants malades et à leur famille.

Pourquoi Toulouse ?

« C’est une ville plaisante, glisse Olmeta. Comme une caravane, l’association se déplace. » Elle a mené tour à tour des actions à Lyon, Monaco, Marseille et Toulon et se pose donc cette année à Toulouse. « Il y avait déjà eu une réflexion pour faire cet événement l’an dernier à la même époque, mais la pelouse était en réfection », précise Pelous, contacté alors par Olmeta, qui avait aussi pris langue avec Barthez et Ducros.

« A Toulouse, nous avons toujours eu d’excellentes relations entre foot et rugby », assure René Bouscatel, président du Stade Toulousain dont les rapports avec Olivier Sadran, son homologue au TFC, ne sont pourtant pas des plus chaleureux.

Qui sera là ?

Interrogé sur le casting de France 98, Olmeta se fait mystique. « Il n’y a que Dieu qui peut nous le dire. L’association s’est réunie voici dix jours. Henri Emile [ancien intendant des Bleus, aujourd’hui en charge de France 98] m’a dit de ne pas donner de noms. » Mais promis, les stars « feront tout pour être présentes ». « Didier Deschamps, c’est le grand capitaine, c’est le premier à offrir tous les déplacements à l’association, reprend l’ancien gardien de but. Et quand on a fait les matchs à Toulon, Zinédine Zidane n’avait pas voulu que l’on paie son billet d’avion depuis Madrid. »

Le casting devrait être de haut niveau, sur et autour du terrain. « A Toulon, Michel Platini avait donné le coup d’envoi », rappelle Olmeta. Au-delà des icônes de France 98, d’autres membres du Club des internationaux de football (CIF), qui regroupent tous les footballeurs qui ont un jour porté le maillot bleu, fouleront la pelouse d’Ernest-Wallon.