Tarbes: Après plus de deux mois de conflit, la polyclinique de l’Ormeau sort de la grève

SOCIAL Un protocole d’accord de fin de conflit a été adopté mardi à la polyclinique de l’Ormeau, à Tarbes. La grève avait débuté le 8 novembre…

N.S. avec AFP

— 

La façade de la polyclinique de l'Ormeau, à Tarbes, pendant la grève, le 7 décembre 2016.
La façade de la polyclinique de l'Ormeau, à Tarbes, pendant la grève, le 7 décembre 2016. — L. Dard / AFP

Selon la CGT, il s’agissait de la plus longue grève dans un établissement de santé en France. La fin d’un mouvement de plus de deux mois à la polyclinique de l’Ormeau, à Tarbes, a été votée mardi matin en assemblée générale. Un protocole d’accord de fin de conflit a été adopté en AG par la totalité des 140 présents au terme d’une ultime série de navettes entre la direction et les syndicats, jusqu’à tard lundi soir. Le travail doit reprendre jeudi.

>> A lire aussi : La gare Matabiau paralysée par les manifestants de la polyclinique de l’Ormeau

Commencée le 8 novembre, la grève a duré 63 jours et a touché selon les sources (syndicats et direction) entre 45 et 60 % des 500 salariés. Elle portait sur des revendications salariales et les conditions de travail dans cette clinique d’une capacité de 300 lits appartenant au groupe MédiPôle Partenaires, qui se présente comme le troisième groupe d’hospitalisation privée en France.

Selon la fédération CGT de la santé et de l’action sociale, l’accord valide notamment « une prime pérenne de 700 euros [bruts] pour tous les salarié-e-s de l’établissement », quel que soit le temps de travail, ce que les grévistes réclamaient encore lundi soir. Les grévistes avaient en revanche déjà renoncé au versement rétroactif de cette prime annuelle pour 2016.

Le texte comprend également « des mesures en termes d’amélioration des conditions et d’organisation du travail avec la prise en compte de toutes leurs revendications », sur le temps de travail de nuit ou les temps de pause notamment, se félicite le syndicat dans un communiqué.