Coupe de France: Blagnac – Niort, autopsie d’un exploit juste frôlé

FOOTBALL Le club de sixième division de Blagnac n’a pas signé d’exploit contre Niort (L2), en Coupe de France. Mais il s’est quand même passé des choses ce samedi dans la banlieue toulousaine…

Nicolas Stival
— 
Les joueurs de Niort font une haie d'honneur à ceux de Blagnac, après leur succès en Coupe de France, le 7 janvier 2017.
Les joueurs de Niort font une haie d'honneur à ceux de Blagnac, après leur succès en Coupe de France, le 7 janvier 2017. — N. Stival / 20 Minutes

Pour reprendre la formule utilisée jusqu’à l’abus, « il y avait de la place » dans ce match des 32es de finale de Coupe de la France. Mais les amateurs de Blagnac (Division d’Honneur, sixième division) n’ont pas réussi à faire plier les Chamois Niortais, onzièmes de Ligue 2, devant plus de 2.000 spectateurs, dont de nombreux jeunes du club. Tombeur du Red Star, autre club du deuxième échelon, au tour précédent (1-0), le BFC n’ira pas plus loin qu’en 1999 et 2009, lors de ses précédentes incursions à ce niveau. La faute aux joueurs entraînés par Denis Renaud, pourtant peu convaincants.

14 h 30 : Speaker attitré du TFC, Jacques Breda officie pour l’occasion à Blagnac. « Allez ça va le faire », assure-t-il pour chauffer un public qui prend peu à peu place dans les tribunes du complexe d’Andromède, à une demi-heure du coup d’envoi. « Y en a qui ont les mains dans les poches, va falloir les sortir pour encourager Blagnac. » En grand professionnel, Breda joue les maîtres de cérémonie. « Jean-Pierre Papin, le président de la commission de la Coupe de France est là, il faut baisser la musique car il va y avoir une interview. »

15 h 45 : C’est la pause, et tous les espoirs sont permis. Comme souvent en Coupe, il n’y a vraiment pas quatre niveaux d’écart entre Blagnac et Niort au vu de la première mi-temps. L’attaquant local Nassredine Bettayeb a même touché le poteau droit. De quoi réveiller des tribunes où la poignée de supporters des Chamois faisait jusque là plus de bruit que les Blagnacais. « Attention, ça va être de plus en plus dur », prévient le speaker, qui en a vu d’autres.

16 h 25 : Coup de froid sur le complexe sportif Andromède où l’on n’avait déjà pas très chaud. Sur une action niortaise initiée par Zakaria Grich, à peine entré en jeu, le ballon aboutit à David Djigla, qui glisse le ballon entre les jambes d’Adel Taïder, le gardien du BFC (1-0, 69e). Quelques timides « Blagnac ! Blagnac ! » s’élèvent de la tribune, mais le ressort est cassé. Sur la pelouse, les dernières actions chaudes seront pour les professionnels des Deux-Sèvres.

16 h 45 : C’est fini. Le rêve est passé. L’entraîneur Wilfried Niflore réunit ses joueurs au centre du terrain, pendant que les Niortais préparent une haie d’honneur. Ce n’est pas leur seul geste de classe de la journée. « Ils nous ont laissé la recette, se félicite Gilbert Grenier, le président blagnacais, les yeux rougis par l’émotion. J’ai un peu craqué, mais ça m’a fait du bien. En tout cas, je suis fier des garçons, ils n’ont pas le droit d’être déçus. »

Quant à son entraîneur, il déplore « une faute non sifflée à l’origine du but niortais ». « On a fait jeu égal, juge Niflore. Maintenant, on se remet au championnat, l’objectif de la saison. » Vu ce qu’il a montré, le BFC, leader de sa poule de DH, peut légitimement viser la montée en National 3, qui remplacera le CFA 2 la saison prochaine.

L'autre représentant amateur de l'agglomération toulousaine en 32es de finale a également été éliminé ce samedi. Le Rodéo (CFA 2, D5) a chuté à Bergerac (CFA, D4) au bout de la séance de tirs au but (2-2 après prolongations, 3 t.a.b. à 2).