Toulouse dévoile les premières images de son futur téléphérique

TRANSPORTS Le projet «3S» porté entre autres par l'entreprise POMA a remporté l'appel d'offres lancé par Tisséo...

Mickaël Bosredon

— 

Vue aérienne du projet de téléphérique à Toulouse Lancer le diaporama
Vue aérienne du projet de téléphérique à Toulouse — Tisséo-SMTC/SMAT/Groupement POMA

L’appel d’offres était en cours depuis le début de l’année 2016. C’est le projet « 3S », porté par un groupement d’entreprises dans lequel figure un spécialiste mondial du téléphérique, le Français POMA, qui l’a emporté, a annoncé ce mercredi le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération toulousaine, Tisséo SMTC. Un projet à découvrir en vidéo ici.

Le futur téléphérique urbain toulousain desservira trois pôles majeurs, « générateurs de déplacements et d’emplois » selon les élus. Il permettra de relier l’Oncopole à l’Université Paul Sabatier (30.000 étudiants) en passant par l’hôpital de Rangueil (CHU de Toulouse, 210.000 consultations médicales par an) en 10 minutes seulement au lieu de 30 minutes en voiture.

>> A lire aussi : RATP: Vers un téléphérique parisien ?

Ces trois sites majeurs seront ainsi connectés au réseau de transport urbain (métro et bus) ainsi que les principales structures installées à proximité : Institut Universitaire du Cancer de Toulouse, Hôpital Marchant, Laboratoires Pierre Fabre, Sanofi, faculté de médecine…

Capacité de 1.500 voyageurs par heure

Le tracé long de 3 km avec un dénivelé de 100 mètres sur le coteau de Pech David survolera une topographie particulière : franchissement de la Garonne et d’une zone naturelle préservée. L’infrastructure est conçue pour fonctionner jusqu’à 108 km/h de vent, permettant de limiter l’indisponibilité liée au vent à 2,8 heures en moyenne par an.

>> A lire aussi : Marseille : Cinq arguments pour l’installation d’un téléphérique entre le Vieux-Port et la « Bonne Mère »

La capacité du téléphérique sera de 1.500 voyageurs par heure et par sens selon une fréquence proche de celle du métro, soit 1’30’’ d’intervalle maximal entre deux cabines. Dans cette zone, les besoins de déplacements identifiés sont estimés à 7.000 voyageurs par jour.

Livraison pour 2020

Le futur téléphérique urbain sud sera accessible sur simple validation d’un titre de transport Tisséo. L’installation compte un total de 14 cabines d’une capacité de 35 places, toutes accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Le démarrage de la phase conception est prévu pour début 2017, et la mise en service pour 2020. Le coût total pour la conception et la construction est de 54,6 millions d’euros.

Toulouse sera la troisième ville en France à bénéficier du téléphérique (après Grenoble et Brest). Plusieurs grandes villes internationales se sont déjà équipées d’un tel mode de transport, comme New York, où l’installation a aussi été réalisée par POMA.