Toulouse: Les fêtes de fin d'année sous haute surveillance

SECURITE Durant les fêtes de fin d’année, plus de 1.800 policiers et gendarmes sont mobilisés pour la surveillance de la voie publique mais aussi pour la lutte contre les cambriolages…

Beatrice Colin

— 

Patrouille de la police nationale au centre commercial de Blagnac. Archive.
Patrouille de la police nationale au centre commercial de Blagnac. Archive. — Fred.Scheiber

Ils sont présents dans les allées des centres commerciaux, près des stations de métro ou encore sur les marchés de Noël de l’agglomération toulousaine. Policiers et gendarmes multiplient en cette fin d’année les patrouilles dans les lieux très fréquentés et ont reçu le renfort d’une compagnie de CRS en ville et l’appui de 90 réservistes dans les zones périurbaines et rurales. Au total, près de 1.800 membres des forces de l’ordre sont mobilisés.

« Nous maintenons le dispositif lié à Vigipirate et certains lieux, que ce soit commerciaux ou de culte, font l’objet d’une surveillance accrue durant cette période », indique le préfet de la Haute-Garonne, Pascal Mailhos. Et ce dernier estime que c’est avant tout « l’affaire de tous », indiquant qu’il avait préconisé aux responsables religieux du département de contrôler les sacs à l’entrée des lieux de culte.

Près de 10.000 inscrits à tranquillité vacances

Mais cela ne se limite pas à l’espace public. Car les vacances scolaires sont aussi le moment propice pour les cambrioleurs de passer à l’action, en particulier dans les zones pavillonnaires désertées pour les fêtes de fin d’année.

Et ces derniers temps, les voleurs ne lésinent pas. Les gendarmes ont ainsi enregistré autant de cambriolages sur les onze premiers mois de l’année que sur la totalité de 2015, soit 4.500 faits.

Pour endiguer ce phénomène, comme chaque année, les habitants sont invités à signaler leur absence auprès de leur commissariat ou de leur gendarmerie dans le cadre de l'opération tranquillité vacances. Des patrouilles régulières seront déployées dans leur quartier.

En Haute-Garonne, l’an dernier, 8.160 personnes se sont inscrites. Mais depuis le début de l’année, ils sont déjà 9.908 à s’être signalés, soit une hausse de 21,5 %.

Déploiement de la « participation citoyenne »

Il sera complété en début d’année prochaine dans laVille rose par le dispositif « participation citoyenne » qui pourrait être rebaptisé « voisins solidaires », sur le même principe que la plateforme « voisins vigilants ». « C’est un réseau d’habitants qui se met en place sur un quartier, animé par des personnes présentes aux heures de bureau », indique Jean-Michel Lopez, le patron de la police toulousaine. Et lors de réunions de quartier, la mairie est en train de recruter ces volontaires.

>> A lire aussi : Haute-Garonne: Les voisins à la rescousse contre les cambriolages

Une vingtaine d’autres communes l’ont déjà déployé. « C’est le cas dans la commune de Pibrac où 1 % de la population est référente. Cela permet de faire remonter des informations et de faire baisser le nombre de cambriolages », assure le général Bernard Clouzot, qui dirige le groupement de gendarmerie de la région.