Toulouse-Lorient: Pour Pascal Dupraz, «le TFC fait du bien au foot français»

FOOTBALL Le TFC a dominé Lorient, samedi dans le brouillard du Stadium. L’équipe entraînée par Pascal Dupraz remonte à la septième place de Ligue 1…

Nicolas Stival
— 
Pascal Dupraz, l'entraîneur du TFC, le 2 mars 2016 au Stadium de Toulouse.
Pascal Dupraz, l'entraîneur du TFC, le 2 mars 2016 au Stadium de Toulouse. — N. Stival / 20 Minutes

Franchement, on s’attendait à un match pourri, samedi soir au Stadium de Toulouse, à cause du brouillard épais qui a longtemps fait douter de la tenue de cette rencontre de Ligue 1. Finalement, le TFC - Lorient s’est joué, et les 14.288 spectateurs courageux officiellement recensés ont vu du spectacle à travers la brume. « C’était un match enlevé, pas très bien maîtrisé défensivement de part et d’autre », estime Pascal Dupraz à l’issue du 3-2, marqué par un triplé d’Ola Toivonen.

Avec une équipe décimée par les absences, dont les quatre défenseurs titulaires (Yago, Jullien, Diop, Moubandjé) et le meneur de jeu Trejo, Toulouse a assuré l’essentiel et remonte à la septième place provisoire de Ligue 1. « Sur les neuf derniers points en jeu, on en a pris six et on retrouve notre souveraineté à domicile, au moins sur le plan comptable », reprend le technicien.


Dix jours après un succès à l’arrache contre Montpellier au Stadium (1-0) et six après une raclée reçue à Nice (3-0), les Violets ont pu s’appuyer sur un collectif volontaire, à défaut de toujours tout maîtriser. « J’ai dans l’esprit non pas un onze type, mais 13 ou 14 joueurs qui me semblent titulaires. C’est clair avec tout le monde mais ceux qui remplaçaient les suspendus ont fait du très, très bon travail ce soir (samedi). » Dans ce compliment, Dupraz englobe en particulier l’improbable défense centrale Musavu-King - Veskovac, ainsi que les entrants Jessy Pi et Pavle Ninkov.

Sans oublier de tirer un grand coup de chapeau à ses nombreux jeunes. « Une équipe comme Nice fait du bien au football français, Paris aussi, juge le technicien. Mais je trouve que le TFC lui fait aussi du bien. On peut faire des choses avec peu de moyens et mettre des jeunes qui ont du culot et une éducation absolument formidable. »


Avec 25 points à deux journées de la fin des matchs aller, Toulouse semble à l’abri des frayeurs qu’il a connues l’an dernier. « Le match contre Nancy (samedi au Stadium) déterminera ce que l’on peut jouer après la trêve », prophétise Dupraz. D’ici là, il y a une place en quarts de finale de Coupe de la Ligue à aller conquérir, mercredi à Metz.