Champions Cup: Le match Zebre-Toulouse arrêté par le brouillard, mais le Stade gagne avec bonus

RUGBY L’arbitre du match entre les Italiens des « Zebre » et le Stade Toulousain a arrêté le match à la 64e minute à cause du brouillard, samedi à Parme. La victoire bonifiée revient à l’équipe française…

Nicolas Stival

— 

Le match de Coupe d'Europe entre les "Zebre" italiens (en noir) et le Stade Toulousain a été arrêté par le brouillard, le 10 décembre 2016 à Parme.
Le match de Coupe d'Europe entre les "Zebre" italiens (en noir) et le Stade Toulousain a été arrêté par le brouillard, le 10 décembre 2016 à Parme. — F. Monteforte / AFP

Le brouillard s’invite sur les terrains de sport européens ce week-end. A Dijon, il avait provoqué le report du match de Ligue 1 contre Marseille de vendredi soir à samedi après-midi. A Parme, la rencontre de Champions Cup de rugby entre les « Zebre » locaux et le Stade Toulousain avait été avancée de 20 h 45 à 15 heures à cause de lui.

Une décision finalement insuffisante. L’arbitre gallois M. Davies a arrêté les débats dès la 64e minute, faute de visibilité dans le stade Sergio-Lanfranchi. Toutefois, le score est entériné : Toulouse s’impose (6-36) avec le bonus offensif grâce à cinq essais d’Arthur Bonneval (doublé), Gaël Fickou, Iosefa Tekori et Yoann Huget. Le Stade retrouvera l’équipe italienne, maillon faible de cette poule 2, dès samedi à Ernest-Wallon.

>> A lire aussi : Stade Toulousain: Pourquoi ces pauvres «Zebre» italiens sont la pire équipe de la Champions Cup

Il devra de nouveau faire le plein pour tenter de compenser un démarrage poussif : défaite chez les Irlandais du Connacht (23-21), puis nul à domicile face aux Anglais des Wasps (20-20). Les deux rivaux se défient ce dimanche à Coventry. En attendant ce choc, le Stade Toulousain, avec huit points et donc un match d’avance, s’intercale entre le Connacht (neuf points) et les Wasps (sept).

Seuls les vainqueurs de chacune des cinq poules et les trois meilleurs deuxièmes se qualifieront pour les quarts de finale de la « grande » Coupe d’Europe. Toulouse n’a plus atteint ce niveau de la compétition depuis trois ans.