Haute-Garonne: Les agents du Département à l'épreuve de la laïcité

SOCIETE Le Conseil départemental travaille à l’élaboration d’un guide des bonnes pratiques pour faire respecter la laïcité dans ses services accueillant du public…

Béatrice Colin

— 

Illustration de la charte de la Laïcité au Conseil départemental de la Haute-Garonne.
Illustration de la charte de la Laïcité au Conseil départemental de la Haute-Garonne. — B. Colin / 20 Minutes

« Un jour un homme a refusé de me serrer la main. J’ai continué à faire mon travail, mais ça m’a perturbée. J’ai pris ça pour un manque de respect. Aujourd’hui, avec du recul, je me dis que c’était accessoire ». Cette assistante sociale d’une Maison des solidarités de la Haute-Garonne participait lundi à une table ronde sur la laïcité.

Et comme les 300 agents du Département présents, elle a pu évoquer tous les problèmes auxquels elle est confrontée au quotidien pour rester neutre, quelle que soit la situation. Certains établissements publics ont trouvé des alternatives, comme la possibilité de faire appel à un employé masculin dans certaines situations.

Des référents « laïcité »

Mais il est parfois difficile de savoir comment réagir lorsqu’une assistante familiale refuse de prendre en compte les usages culturels de l’enfant qu’elle accueille ou qu’une femme en dispositif d’insertion n’arrive pas à trouver une formation à cause de son voile.

« Si nous voulons intégrer tout le monde dans la République, il faut que nous ayons des réponses toutes prêtes et non pas des réactions épidermiques », poursuit une autre employée du service solidarité du Conseil départemental.

La collectivité compte former l’ensemble de ses agents et monter un réseau de référents « laïcité » qui pourront répondre aux questions qui se poseront face à certaines situations critiques. Ce mardi, ses 6.500 agents vont recevoir par courrier une charte de la laïcité, point de départ avant l’édition d’un guide des bonnes pratiques qui apportera des réponses à des situations concrètes.

>> A lire aussi : Un guide des bonnes pratiques distribué aux médecins pour gérer la laïcité au quotidien


Il sera dans la lignée de celui mis en ligne il y a un an par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins et qui est devenu une référence au niveau national. « Il faut décrypter et apprendre à connaître l’autre pour gérer les situations. On soigne des gens de langues différentes, de cultures différentes, il faut aussi soigner ceux qui ont une religion différente », plaide Jean Thévenot, le président du Conseil de l’Ordre.