Désolé Toulouse... La capitale sportive de l’Occitanie, c’est Montpellier!

INTERVILLES Alors que le TFC reçoit le MHSC, mercredi en Ligue 1, « 20 Minutes » a imaginé un match entre les deux rivales occitanes dans les principaux sports collectifs…

Nicolas Stival, avec Jérôme Diesnis à Montpellier

— 

L'attaquant du TFC Martin Braithwaite face au milieu de terrain de Montpellier William Rémy, le 13 février 2016 au stade de la Mosson, à Montpellier.
L'attaquant du TFC Martin Braithwaite face au milieu de terrain de Montpellier William Rémy, le 13 février 2016 au stade de la Mosson, à Montpellier. — P. Guyot / AFP

Même si cela a fait grincer quelques dents du côté de Montpellier, la capitale administrative de l’Occitanie, c’est Toulouse. Cependant, si le duel avait concerné les équipes des principaux sports collectifs, la métropole de Languedoc-Roussillon aurait pris un net avantage sur son homologue de Midi-Pyrénées…

>> A lire aussi : Occitanie est officiellement le nouveau nom de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

>> Football : Avantage Montpellier

Avant le duel entre le TFC et le MHSC, ce mercredi, la bande à Pascal Dupraz (neuvième) devance l’équipe de Frédéric Hantz de trois points et de quatre places en Ligue 1. Un avantage qui pourrait être réduit à néant à l’issue de cette 15e journée. Chez les filles en revanche, il n’y a pas photo : les Héraultaises pointent juste derrière les ogresses lyonnaises et parisiennes, alors que les Haut-Garonnaises végètent en D2.

>> Rugby : Egalité

Le Stade Toulousain, bourreau du MHR lors de la finale du Top 14 2011, rentre dans le rang depuis plusieurs saisons. Si le championnat s’arrêtait, Dusautoir et ses collègues (huitièmes) ne verraient pas les phases finales, à la différence des joueurs à l’accent afrikaans de Jack White (quatrièmes). En revanche, en Top 8, les Coccinelles montpelliéraines, cinq fois championnes de France, sont dépassées cette saison par le Stade Toulousain et Blagnac-Saint-Orens, deux équipes victorieuses dans l’Hérault en cette phase aller.

>> Basket : Avantage Montpellier

C’est entendu, les deux villes ne sont pas des bastions du basket masculin, dont les meilleurs clubs évoluent chez les amateurs (Nationale 2 pour le TBC, Pré-National pour le MBM)… En revanche, le Lattes-Montpellier de l’internationale Gaëlle Skrela, actuel troisième de Ligue féminine, sort d’un superbe doublé Coupe-Championnat de France. Alors que le Toulouse Métropole Basket, relégué cet été, pointe dans le ventre mou de LF2.

>> Handball : Avantage Montpellier

Certes, le Fenix demeure une valeur sûre de Lidl Starligue (la D1, en fait), même si la formation toulousaine a perdu tour à tour ces dernières saisons ses Experts Jérôme Fernandez, Cyril Dumoulin et Valentin Porte (parti à Montpellier !). Mais comment lutter avec l’institution dirigée par l’inoxydable Patrice Canayer, toujours performante malgré l’émergence du surpuissant PSG à la mode qatari ? Chez les filles, on quitte les hautes sphères : le TFH est en NF1 (troisième division) comme les voisines de Bruguières, Montpellier-Jacou en NF2 (quatrième division).

>> Volley : Avantage Montpellier

Malgré leur faux pas à domicile contre Cannes vendredi, les Spacer’s, quatrièmes de Ligue A, réussissent un très beau début de saison. Seulement, Montpellier, avec six victoires en six journées, fait la course en tête… Chez les filles, les Héraultaises de l’ASDAM fréquentent la N2 (la troisième division), un niveau au-dessus de quatre équipes des environs de Toulouse, Balma/Quint-Fonsegrives, Muret, L’Union et Grenade.

>> Bilan : Montpellier terrasse Toulouse

Pas la peine d’en rajouter. Certes, Montpellier et Toulouse figurent parmi les villes françaises les plus brillantes dans les sports collectifs de haut niveau, mais la première surclasse la seconde. Le rugby à 13 pourrait redorer le blason de la cité des Violettes. Mais il faudrait alors parler de baseball ou de water-polo, et ce serait une autre histoire…