Toulouse: Actions coups de poing des pompiers en grève illimitée depuis une semaine

SOIREE MOUSSE Les sapeurs-pompiers de la Haute-Garonne, en grève illimitée, ont manifesté lundi devant leurs casernes, à Colomiers et sur la place du Capitole pour réclamer des moyens supplémentaires…

Beatrice Colin

— 

Pompiers en colère sur la place du Capitole, le 14 novembre 2016.
Pompiers en colère sur la place du Capitole, le 14 novembre 2016. — B. Colin - 20 Minutes

Soirée mousse improvisée au Capitole, lundi en fin d’après-midi. En grève illimitée depuis une semaine, les pompiers de la Haute-Garonne ont décidé de marquer le coup ce 14 novembre, jour d’une réunion entre les syndicats et la direction du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de la Haute-Garonne.

Après avoir manifesté devant les casernes toulousaines et le siège du SDIS, plusieurs dizaines d’entre eux ont mené une action symbolique sur le Capitole. Ils ont déployé la lance à incendie et dégainé la mousse pour sensibiliser les passants à leur combat.

Manque d’effectifs

Les pompiers demandent des moyens humains et matériels supplémentaires pour faire face à la hausse de leur activité, parallèle à la démographie galopante de l’agglomération. « Nos effectifs stagnent et nous réalisons de plus en plus des missions qui ne sont pas de notre ressort. On fait du transport sanitaire de personne qui devrait être réalisé par des ambulances et pendant que les équipes sont mobilisées sur ces missions on n’est pas sur des missions d’urgence », peste l’un d’entre eux, pompier depuis 14 ans.

L’annonce d’embauches par la présidente du SDIS n’a pas éteint leur ras-le-bol.

>> A lire aussi : Toulouse: Infirmières et pompiers sont à leur tour dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol

Pour remédier au manque d’effectifs dans certaines zones, l’idée de faire appel à des sapeurs pompiers volontaires est aussi mal acceptée, car « à terme, cela revient à remplacer des postes en CDI ». « Sans parler du fait qu’on est payé 1.607 heures alors qu’on en fait 2.256 h », poursuit l’homme du feu qui espère que le grand public « comprendra qu’on se bat pour eux ».