Toulouse: Jean-François Grelier, le porte-parole des sans voix d'AZF, s'est éteint

FAITS DIVERS Deux mois avant le troisième procès de la catastrophe AZF, Jean-François Grelier, président des sinistrés du 21-septembre est mort d’un cancer…

Beatrice Colin

— 

Jean François Grelier président de l'association des sinistrés du 21 septembre, lors du second procès AZF.
Jean François Grelier président de l'association des sinistrés du 21 septembre, lors du second procès AZF. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Depuis le 21 septembre 2001, il était de tous les combats. Le 27 octobre dernier, Jean-François Grelier était encore à Paris, devant le siège du groupe pétrolier Total pour demander que les victimes invisibles de la catastrophe industrielle ne soient pas oubliées. Cet habitant de la Cité du Parc, complètement soufflée lors de l’explosion de l’usine AZF, vient de s’éteindre à 68 ans des suites d’un cancer.

Au nom de l’association des sinistrés du 21-septembre, cet ancien professeur à l’IUFM, a encore obtenu récemment auprès du ministère de la Justice la prise en charge des frais de déplacement de toutes les victimes à Paris, lors du procès qui s’ouvrira le 24 janvier 2017.

Collectif des sans fenêtre

Ce militant de Lutte ouvrière avait été blessé au visage le jour de l’explosion. Après cinq jours passés à la clinique, il s’était lancé dans le combat, créant le Collectif des « sans fenêtre ». Rongé depuis plusieurs années par un cancer, il se battait pour que « le vrai responsable de la catastrophe, Total, soit condamné, car toutes les décisions venaient de son siège », insistait-il régulièrement. Il avait d’ailleurs écrit un livre :  La catastrophe d’AZF : Total coupable.

>> A lire aussi : Toulouse: Les sinistrés d'AZF manifestent jeudi pour la « relocalisation » du procès

Après deux procès et l’arrêt de la Cour de Cassation, il s’apprêtait à nouveau à rentrer dans l’arène judiciaire en janvier. Infatigable, la maladie l’a emportée avant qu’il ait pu assister à l’épilogue judiciaire d’AZF. Ses obsèques auront lieu jeudi 17 novembre, avec un hommage rendu non loin de son quartier, à 9 h 30 au centre funéraire municipal de la rue Lemire.