Toulouse: Il escroque 76.000 euros aux banques pour jouer au casino ou sur Internet

FAITS DIVERS Un trentenaire a été interpellé au nord est de Toulouse par les gendarmes pour avoir escroqué plusieurs agences bancaires pour assouvir sa passion du jeu…

Beatrice Colin

— 

Dans un casino de jeux
Dans un casino de jeux — Frederic Scheiber/20 Minutes

Son scénario était bien rôdé, mais un grain de sable est venu enrayer la machine. Un homme d’une trentaine d’années dort depuis quelques jours derrières barreaux, à la maison d’arrêt de Seysses, dans la banlieue toulousaine.

Cet addict aux jeux a été interpellé par la gendarmerie de la Haute-Garonne le 28 octobre dernier dans une agence bancaire de L’Union, au nord-est de la Ville rose. Installé depuis peu dans la commune, il avait ouvert plusieurs comptes dans différentes banques sous de fausses identités, usurpées notamment à une personne domiciliée à Paris.

Interpellé lors d’un retrait

« Cet homme est un beau parleur, qui connaît bien les protocoles bancaires. Il va ouvrir des comptes, déposer une certaine somme à chaque fois et réussir à obtenir des chéquiers et des cartes bancaires. Puis, cet argent il va le déplacer entre les différents comptes. Nous avons reçu plusieurs plaintes des banques, dont une nous signalant un découvert de 15.000 euros », indique le commandant Magali Michel, à la tête de la compagnie gendarmerie de Toulouse-Saint-Michel.

En recoupant les différentes informations, deux jours après les premiers signalements les enquêteurs vont se rendre compte que l’homme a rendez-vous le 28 octobre dans une agence bancaire de L’Union pour le retrait d’une somme importante, avant de mettre les voiles définitivement. Les gendarmes vont alors déployer un important dispositif et le cueillir.

L’enquête se poursuit

Au total, il a escroqué depuis son arrivée en Haute-Garonne plusieurs banques pour un montant de 76.000 euros. « Tout l’argent qu’il a réussi à détourner, il l’a redépensé immédiatement dans les casinos et sur les sites Internet de jeux en ligne », poursuit le commandant Michel.

>> A lire aussi : Un «malade du jeu» jugé pour avoir escroqué 130 vendeurs de véhicules via Le Bon Coin

Les enquêteurs ont dû creuser pour retrouver sa véritable identité. Du coup, l’enquête se poursuit pour savoir s’il ne s’était pas fait une spécialité de ce genre d’arnaques et n’aurait pas utilisé le même scénario dans d’autres coins de France. En attendant de faire la lumière sur son parcours d’escroc, une information judiciaire a été ouverte et il dort en prison.