Toulouse : Une pêche miraculeuse dans un lac vide et un paysage lunaire crée l’attraction

INSOLITE Douze tonnes de poissons frétillants à déménager. La vidange du lac de Saint-Ferréol, le réservoir du canal du Midi, entraîne une pêche miraculeuse et spectaculaire…

Hélène Menal

— 

La pêche de sauvegarde dans le lac vidangé de Saint-Ferréol, en Haute-Garonne, le 25 octobre 2016.
La pêche de sauvegarde dans le lac vidangé de Saint-Ferréol, en Haute-Garonne, le 25 octobre 2016. — H. Menal - 20 Minutes

La plage a disparu, et des collines pelées, hérissées de quelques rochers, ont fait leur apparition. L’immenselac de Saint-Ferréol, à l’est de Toulouse, qui sert de réservoir au célèbre canal du Midi, n’est plus qu’une mare. Mais sa fréquentation est presque estivale tant le paysage lunaire qu’il dévoile est inhabituel.

Un brochet pêché dans le lac - vide - de Saint-Ferréol, en Haute-Garonne

« On n’aurait jamais cru que c’était si profond », s’étonne un couple de Toulousains. « On ne voit ça que tous les dix ans, il ne faut pas le louper », souligne Jacques, un Revélois venu au spectacle avec ses deux filles, vacances obligent. Il s’attarde notamment sur la « pyramide », vieille de 350 ans et d’habitude immergée, qui sert à évaluer le niveau de l’eau.

Mais il n’y a pas que le paysage qui attire les badauds. Depuis lundi, et pour trois jours, on peut aussi observer depuis la digue une pêche miraculeuse.

Car la mare est grouillante et, avant qu’elle ne s’assèche complètement, Voies navigables de France (VNF) fait procéder jusqu’à mercredi à « une pêche de sauvegarde ». Selon la fédération de pêche de la Haute-Garonne, quelque douze tonnes de poissons peuplent le lac de Saint-Ferréol. Gardons, sandres, brochets pouvant atteindre 1,20 m de long, énormes carpes, truites, anguilles qui fascinent les enfants… tout ce petit monde doit déménager.

Une aubaine pour les pêcheurs du canal

Les gardons pêchés à Saint-Ferréol sont relâchés dans le Canal du Midi.

L’opération a été confiée à un pisciculteur professionnel. Aidé de quinze bénévoles, il se sert d’un filet mais pêche à l’épuisette. Aussitôt les caisses remplies, une grue les soulève, des pick-up les ramènent sur la digue, et les poissons partent en convoi vers leur nouveau domicile. « Nous relâchons la plupart dans différents biefs du canal du Midi jusqu’à Toulouse », assure Jean-Pierre Mattossi chargé des infrastructures à VNF. Autant dire que ça va mordre dans les jours qui viennent du côté des pêcheurs urbains de la Ville rose.

Les belles carpes, elles, partent en famille dans un lac du Muretain où elles serviront de poissons de compétition (remis à l’eau après les réjouissances).

Le site est dangereux

Quant au lac de Saint-Ferréol, « il sera réensemencé avec les mêmes espèces et on pourra de nouveau y pêcher correctement l’été prochain », promet Olivier Plasseraud, le directeur de la fédération de pêche.

>> A lire aussi : Tarn. Enfoncée dans la vase jusqu’à la taille, elle est sauvée par les pompiers

Le barrage va rester vide jusqu’à fin février, le temps d’inspecter les buses et la digue séculaire. Les promeneurs attirés par le décor spectaculaire sont appelés à la plus grande prudence. Plusieurs personnes ont été sauvées in extremis de l’envasement depuis le début de la vidange. Il ne faut pas mettre les pieds dans le bassin.