Coupe d’Europe : « Frustré mais jamais mort », le Stade Toulousain est quand même « mal barré »

RUGBY Tenu en échec par les Wasps à domicile, ce dimanche, le Stade Toulousain voit son avenir en Champions Cup s’obscurcir. Mais il ne veut pas (encore) renoncer à la qualification…

Nicolas Stival

— 

Le pilier du Stade Toulousain Cyril Baille lors du match de Coupe d'Europe contre les Anglais des Wasps, le 23 octobre 2016 au stade Ernest-Wallon de Toulouse.
Le pilier du Stade Toulousain Cyril Baille lors du match de Coupe d'Europe contre les Anglais des Wasps, le 23 octobre 2016 au stade Ernest-Wallon de Toulouse. — R. Gabalda / AFP

Même s’il fait bonne figure devant la presse, Ugo Mola ne peut nier l’évidence. « On va beaucoup la regretter, cette rencontre », glisse l’entraîneur principal du Stade Toulousain dans les entrailles d’Ernest-Wallon. Quelques minutes plus tôt, son équipe a lâché une précieuse victoire face aux Wasps dans les derniers instants de la rencontre (20-20).

>> A lire aussi : EN DIRECT. Revivez le match nul (très) frustrant du Stade Toulousain face aux Wasps

Comment l’introduction de Toulouse dans les 22 mètres adverses, à la 78e, a-t-elle abouti à l’essai ravageur de Thomson, transformé par Gopperth ? Les Stadistes se le demandent encore. Gaël Fickou, auteur du deuxième essai stadiste, évoque « un manque de rigueur », qui a déjà coûté à son équipe deux courtes défaites à Clermont (29-25) en Top 14, puis chez les Irlandais du Connacht (23-21) en ouverture de la Coupe d’Europe.

« Il n’y a que des battants dans cette équipe »

« Quand on peut tuer le match, il faut le faire », peste le capitaine Thierry Dusautoir. Mais alors que les Toulousains ont souffert pour inscrire des points, les Wasps ont fait preuve d’un réalisme quasi chirurgical, bien aidés il est vrai par les erreurs adverses (en-avants, mauvais choix, renvois mal réceptionnés) et surtout par des lignes arrière d’une vélocité impressionnante, l’ailier Wade en tête…

>> A lire aussi : Top 14. Pas de matchs la veille de Noël ? « Une bonne nouvelle » pour Thierry Dusautoir

Les deuxièmes du championnat d’Angleterre ont clairement fait la bonne opération, une semaine après avoir pulvérisé les Italiens des Zebre (82-14), atomisés ce dimanche par le Connacht (7-52). « Ce n’est pas fini, mais c’est mal barré, lâche Fickou au moment d’évoquer les perspectives de qualification, avant de se corriger. On est déçus, frustrés mais jamais morts. Il n’y a que des battants dans cette équipe. »

Des battants « un peu abattus », selon les mots de Mola, qui se projettent dans l’avenir. « Il faut assurer l’essentiel face à nos amis italiens (au cours d’une double confrontation en décembre). Par ailleurs, il n’y a pas de raison qu’on ne fasse pas la même rencontre qu’aujourd’hui sur la pelouse des Wasps. Les deux rencontres entre Wasps et Connacht seront aussi importantes. »

Vers une troisième élimination d’affilée en phase de poules ?

Les Stadistes rêvent encore de jouer leur qualification pour les quarts de finale au mois de janvier, comme premier de poule ou parmi les trois meilleurs deuxièmes, à domicile face au Connacht, lors de l’ultime journée. « La poule reste ouverte, veut croire Dusautoir. Si on joue avec la même envie et un peu plus de réalisme sur les quatre prochains matchs, on se qualifiera. » Sinon, le quadruple vainqueur de la Coupe d’Europe (un record) verra les phases finales à la télé pour la troisième saison d’affilée.