Sivens: Des tensions sur le site deux ans après la mort de Rémi Fraisse

SOCIETE Deux ans après la mort de Rémi Fraisse sur le site de Sivens, une marche de recueillement a été émaillée d’incidents avec des agriculteurs…

H.M. avec AFP

— 

Dimanche 23 octobre 2016, l'hommage au jeune militant Remi Fraisse a été émaillé d'incidents avec des agriculteurs pro-barrage.
Dimanche 23 octobre 2016, l'hommage au jeune militant Remi Fraisse a été émaillé d'incidents avec des agriculteurs pro-barrage. — AFP

Mercredi 26 octobre, cela fera deux ans que Rémi Fraisse est mort touché par une grenade offensive lancée par un gendarme sur le site du barrage controversé de Sivens, dans le Tarn. Dimanche, une marche était organisée sur place pour se recueillir sur les lieux du décès du jeune militant écologiste de 21 ans. Environ 75 personnes ont répondu à l’appel, pénétrant dans la forêt de Sivens. Mais elles étaient attendues par une trentaine de pro barrage, essentiellement des agriculteurs, fermement décidés à leur barrer l’accès.

>> A lire aussi : Mort de Rémi Fraisse: Le gendarme qui a lancé la grenade placé sous statut de témoin assisté

Le ton est monté, les éclats de voix précédant les empoignades. Il a fallu une dizaine de gendarmes pour séparer les deux groupes. Les amis de Rémi Fraisse ont finalement pu lui rendre hommage, rassemblés en cercle, sur le lieu de sa mort.

D’autres rassemblements mercredi

De nombreux rassemblements de ce type sont prévus mercredi dans toute la France. A Toulouse, une marche doit partir à 16h30 de Marengo et se diriger vers le Monument aux Morts.

La mort de Rémi Fraisse a entraîné l’annulation du projet de barrage de Sivens au profit d’une retenue d’eau plus petite. Les derniers zadistes qui occupaient le site ont été évacués par les forces de l’ordre le 6 mars 2016.

>> A lire aussi : Barrage de Sivens: Ça arrive trop tard... mais la justice donne raison aux opposants

Et, comme un triste pied de nez, le tribunal administratif de Toulouse a finalement annulé l’été dernier la déclaration d’utilité publique du projet. Il a estimé que le barrage était surdimensionné, trop cher et préjudiciable à l’environnement.