Lourdes: Le FN dévoile des adresses de migrants, une procédure judiciaire lancée

SOCIETE Un conseiller régional FN a publié dans un communiqué des indications sur les lieux où les migrants  sont hébergés à Lourdes (Hautes-Pyrénées). La préfète et le procureur veulent donner des suites judiciaires à cette affaire...

Helene Menal

— 

Logo du FN
Logo du FN — DAMOURETTE/SIPA

« Les autorités camouflent les 250 clandestins installés à Lourdes ! » Voilà l’intitulé du communiqué diffusé le mardi 18 octobre par Olivier Monteil, le secrétaire départemental du FN dans les Hautes-Pyrénées. Celui qui est par ailleurs conseiller régional d’Occitanie va plus loin : il donne des indications sur les rues où sont hébergés les migrants demandeurs d’asile qu’il préfère qualifier de « réfugiés douteux mais authentiques clandestins [accueillis] gratuitement ».

>> A lire aussi : Le tribunal examine ce vendredi un éventuel retrait des affiches anti-migrants à Béziers

L’élu juge par ailleurs « scandaleux » une note de service destinée aux policiers et qui, selon son interprétation, leur demande de rédiger une simple main courante lors des interventions dans les foyers de migrants.

La préfecture publie les vrais chiffres

Le procédé a créé un vif émoi à Lourdes et provoqué jeudi la riposte commune de Béatrice Lagarde, la préfète des Hautes-Pyrénées et d’Eric Serfass, le procureur de la République de Tarbes.

Dans un communiqué, ils indiquent que « 108 places sont consacrées à l’hébergement des demandeurs d’asile à Lourdes » et dénoncent « une campagne de désinformation ». « En diffusant la liste des adresses d’hébergement des demandeurs d’asile (…), il a été porté une atteinte grave à la vie privée des personnes concernées. Il sera donné toutes suites judiciaires et, le cas échéant, disciplinaires, à ces faits intolérables », préviennent les deux responsables. Concernant la note aux policiers citée par Olivier Monteil, ils parlent d’une « interprétation malveillante ».