Ariège: Un couple de trafiquants de tortues rares trahi par Facebook

FAITS DIVERS Ce couple de Saint-Girons vendait des tortues protégées qu’il importait de Tunisie. Les gendarmes ont repéré une de leurs annonces sur Facebook…

Hélène Ménal

— 

Onze spécimens de ces tortues «mauresques» ont été saisis chez le couple ariégeois.
Onze spécimens de ces tortues «mauresques» ont été saisis chez le couple ariégeois. — Gendarmerie nationale

C’est une annonce publiée sur Facebook qui a attiré l’attention des gendarmes de Saint-Girons, en Ariège. Elle proposait de faire l’acquisition d’une tortue. Mais pas une « vulgaire » tortue d’Hermann comme on en trouve en France, une tortue dite « grecque » ou « mauresque », qui vit en Afrique du Nord et dont les prélèvements notamment de la part des touristes conduisent à l’extinction de l’espèce. Son importation dans l’Union européenne est interdite depuis 25 ans…

Neuf délits en tout

L’enquête des gendarmes, épaulés par les agents de l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS), a duré un mois. Elle a conduit a l’interpellation d’un couple et permis de retrouver onze tortues de contrebande.

>> A lire aussi : 170 bébés tortues étoilées cachées sous des concombres de mer à Roissy

Le couple de trafiquants est poursuivi pour neuf délits au total, dont l’importation, le transport, la détention et la mise en vente d’espèce protégée par la Convention de Washington.