Top 14: Beaucoup de départs, (encore) peu d’arrivées… Le futur Stade Toulousain reste flou

RUGBY Avec de nouveaux départs parmi ses joueurs « historiques », le Stade Toulousain poursuit tant bien que mal sa mue en vue de la saison 2017-2018…

Nicolas Stival

— 

Le pilier All Black Charlie Faumuina lors du quart de finale de Coupe du monde entre la Nouvelle-Zélande et la France, le 17 octobre 2015 à Cardiff, au pays de Galles.
Le pilier All Black Charlie Faumuina lors du quart de finale de Coupe du monde entre la Nouvelle-Zélande et la France, le 17 octobre 2015 à Cardiff, au pays de Galles. — K. Galvin / Rex Shutt / Sipa

Longtemps, le Stade Toulousain a été un club où l’on signait des contrats longs, où l’on faisait carrière. Mais depuis l’arrivée du tandem Fabien Pelous – Ugo Mola à la place de l’iconique Guy Novès, à l’été 2015, les choses ont changé.

>> A lire aussi : McAlister, Dusautoir… Le crépuscule des stars du Stade Toulousain?

La dernière intersaison avait été marquée par les départs de cadres tels que Clerc, Poitrenaud, Picamoles, Millo-Chluski ou Harinordoquy. En juin 2017, l’effectif va aussi beaucoup bouger en raison du grand nombre de joueurs en fin de contrat. Pour l’heure, les mouvements, annoncés souvent très tôt dans le rugby professionnel, se font surtout dans le sens des départs au sein d’un club en quête de son lustre passé.

Piliers : le grand chambardement. Ciao les glorieux grognards. Agés de 35 ans, Census Johnston et Gurthrö Steenkamp vont quitter le Stade. Le polyvalent Vasil Kakovin aussi. Dans le sens inverse, RMC Sport a annoncé dès le mois de juin la future arrivée du droitier All Black Charlie Faumuina, champion du monde 2015. A gauche, c’est le Briviste Lucas Pointud (deux sélections en Bleu) qui va débarquer.

Talonneurs : ciao « Tolo ». Le Stade ne profitera pas du retour en forme de Christopher Tolofua au-delà de cette saison. L’international français va rejoindre les Anglais des Saracens. En revanche, Toulouse a annoncé la prolongation du grand espoir Peato Mauvaka (19 ans).

Deuxième ligne : un certain flou. Là aussi, les glorieux trentenaires plient les gaules (Patricio Albacete et Iosefa Tekori) même si une incertitude demeure pour Grégory Lamboley (prolongation ou départ ?). Pas encore d’arrivée à l’horizon. Une chance pour Florian Verhaeghe (19 ans), l’une des perles du centre de formation ?

Troisième ligne : une légende s’efface. Après dix ans en Rouge et Noir, le capitaine Thierry Dusautoir se prépare à partir. Idem pour le jeune Yacouba Camara, auquel Montpellier a fait un pont d’or. Chez les numéros 8, Gillian Galan devrait prolonger, alors que le sort d’Edwin Maka reste à déterminer. Là aussi, du renfort sera nécessaire.

Demi de mêlée : l’incertitude Dupont. A peine arrivé, déjà reparti ?  L’ex-Palois Samuel Marques possède une option d’une année supplémentaire dans son contrat, mais son début de saison poussif ne plaide pas en sa faveur. L’arrivée du jeune Castrais Antoine Dupont est annoncée depuis des semaines, mais toujours pas actée.

Ouvreur : un Australien après un Néo-Zélandais. La magie de l’ex-All Black Luke McAlister s’est estompée au fil des ans. Un Australien va le remplacer : le Rochelais Zack Holmes. L’Anglais Toby Flood, numéro 10 de formation souvent utilisé au centre, arrive aussi en fin de contrat.

Trois-quarts : l’option stabilité ? Aucun centre ou arrière de métier ne verra son bail expirer en juin 2017, à la différence des ailiers Alexis Palisson et Semi Kunatani. Dans la colonne arrivées, Toulouse n’enregistre pour l’instant que le retour de prêt du jeune Thomas Ramos (21 ans), actuel meilleur réalisateur de Pro D2 avec Colomiers.