A380: Les commandes ne décollent toujours pas, Airbus diminue la production

AERONAUTIQUE La baisse de la cadence de production de l’A380 interviendra dès cet automne, en raison du manque de succès commercial du géant d’Airbus…

N.S. avec AFP

— 

Un A380 en vol.
Un A380 en vol. — Airbus Group

Ce n’est pas vraiment une nouvelle, mais plutôt une confirmation. L’A380 va voir baisser sa cadence de production dès cet automne, comme l’indique Alain Flourens, directeur de ce programme chez Airbus, ce mardi dans Le Figaro. « Cette décision nous permet de lisser nos livraisons en attendant de nouvelles commandes », affirme le responsable.

>> A lire aussi : Airbus fait voler sa «famille» de quatre avions et c’est un carton sur le web

Car si le super-jumbo assemblé dans l’usine Jean-Luc Lagardère de Toulouse est très apprécié des voyageurs, il ne rencontre pas le succès commercial escompté depuis son lancement en 2000. L’objectif est d’arriver à une production d’un appareil par mois à partir de 2018, autrement dit le seuil minimum pour conserver les compétences, contre 2,5 par mois aujourd’hui.

Une commande iranienne en suspens

Airbus a ainsi une perspective de dix ans de production. Fin août 2016, il restait 124 A380 à livrer sur les 319 commandés, indique Le Figaro. Une commande iranienne de douze appareils est en attente de l’obtention d’une licence d’exportation, mais elle ne suffira pas à elle seule à relancer une machine grippée. Le pic de production a été atteint entre 2012 et 2014, avant une baisse de trois unités en 2015, lorsque 27 super-jumbos avaient été livrés. Ce chiffre sera identique en 2016.

« Nous pourrions développer d’autres versions, mais aujourd’hui la demande des compagnies porte sur l’optimisation de l’avion actuel. Nous allons améliorer sa productivité, en optimisant la cabine et en offrant plus de flexibilité et de liberté dans l’aménagement de celle-ci par nos clients », indique Alain Flourens.

>> A lire aussi : Les réductions d'effectifs chez Airbus ne sont pas exclues

Le responsable du programme se veut rassurant : «L’A380 a toujours sa place dans le portefeuille produit d’Airbus. Il répond parfaitement à la hausse du trafic aérien et à la saturation des aéroports. » Reste à convaincre davantage de clients…