Stade Toulousain: Mêlée destructrice, buteur à la peine... Les cinq leçons à retenir de la défaite à Clermont

RUGBY Toulouse n’est pas passé loin de l’exploit dimanche à Clermont, chez le leader du Top 14 (29-25). Mais le Stade doit se contenter du point de bonus défensif…

Nicolas Stival

— 

Le talonneur du Stade Toulousain Christopher Tolofua lors du match de Top 14 à Clermont, le 9 octobre 2016.
Le talonneur du Stade Toulousain Christopher Tolofua lors du match de Top 14 à Clermont, le 9 octobre 2016. — T. Zoccolan / AFP

Clermont reste une terre maudite pour le Stade Toulousain. Les Rouge et Noir, sixièmes du Top 14, ont chuté dimanche chez le leader auvergnat (29-25), pour la treizième fois d’affilée en championnat. Cette défaite bonifiée permet toutefois de tirer quelques enseignements, positifs ou pas, avant le début de la Coupe d’Europe, samedi sur la pelouse des Irlandais du Connacht.

>> A lire aussi : Top 14: Clermont s'en sort bien, le bonus défensif pour Toulouse... Revivez ce match à suspense

1. La mêlée va bien, merci. Avec une équipe remaniée, les supporters stadistes n’attendaient pas grand-chose de ce déplacement. Surtout sans les tauliers du pack Thierry Dusautoir, Yoann Maestri et Richie Gray (ménagés). Et pourtant, la mêlée a concassé son homologue auvergnate, avec en point d’orgue un essai de pénalité obtenu (53e minute). « Nous avions à cœur pour nombre d’entre nous qui manquons de temps de jeu de montrer notre potentiel », lâche Grégory Lamboley, titularisé en deuxième ligne.

2. Christopher Tolofua, le retour. Ecarté en début de saison, le talonneur de 22 ans revient en grande forme. Le futur joueur des Saracens a livré une belle prestation à Clermont, en mêlée comme dans le jeu. L'international s’est aussi montré plutôt précis sur ses lancers, son traditionnel point faible. La concurrence avec Leonardo Ghiraldini et Julien Marchand promet...

3. SOS buteur. Samuel Marques est à la peine depuis son arrivée à Toulouse, cet été. Pas très à l’aise dans le jeu dimanche, l’ancien demi de mêlée de Pau a aussi souffert de la comparaison avec Morgan Parra, auteur de 19 points au pied, à 100 % de réussite. L’international portugais n’a passé que trois de ses six tentatives, dont deux poteaux sortants. Ceci dit, Marques ou pas, le Stade galère depuis des mois en face des perches. Il peut toutefois s’appuyer sur ses artilleurs longue distance comme Florian Fritz, qui a passé un but de 55 mètres à Clermont.

4. Des sautes de concentration fatales. Globalement convaincants, les Toulousains ont pourtant donné aux Clermontois le bâton pour se faire battre. Par deux fois (47e et 55e), les Stadistes ont offert une pénalité convertie par Morgan Parra juste après avoir marqué des points. Et ils n’ont jamais pu rattraper les Jaunards…

5. Gillian Galan, le coup d’arrêt. Le numéro 8 restait sur deux belles prestations face au Stade Français puis Grenoble. Remplaçant ce dimanche, entré à la pause, Galan est sorti une minute plus tard, sonné par son homologue Fritz Lee, pour un protocole commotion. Il est ensuite revenu sur le banc avec une minerve. Pas le meilleur moyen de préparer le match de Champions Cup à Galway, même si Carl Axtens (première titularisation à Clermont), Talalelei Gray ou Edwin Maka peuvent le suppléer.