VIDEO. Dites adieu à Rosetta, qui vit ses dernières heures

ESPACE Ce vendredi, la sonde Rosetta doit s'abîmer douceur sur sa comète. A la Cité de l’espace, à Toulouse, les scientifiques de la mission partageront en live avec le public la fin de cette fabuleuse odyssée...

Hélène Ménal

— 

La sonde Rosetta (vue d'artiste) devant le noyau de la comète 67P, photographié le 4 août 2014.
La sonde Rosetta (vue d'artiste) devant le noyau de la comète 67P, photographié le 4 août 2014. — ESA

RIP Rosetta. Vendredi, après douze ans de voyage et sept milliards de kilomètres parcourus, la sonde Rosetta rejoindra sa comète pour l’éternité.

>> A lire aussi : VIDEO. La sonde achève sa mission par un crash sur la comète Tchouri

L’impact doit avoir lieu à 13 h 20, plus ou moins 20 minutes, après une lente descente « à la vitesse de la marche humaine », au cours de laquelle les instruments de la sonde vont tourner à plein régime pour recueillir les derniers enseignements de la mission.

L’hypothèse a d’abord été émise de poser Rosetta à côté de Philae, l’autre héros de l’aventure et premier engin fabriqué de la main de l’homme à se poser sur une comète. Mais la curiosité scientifique a primé sur le glamour d’ultimes retrouvailles pour les compagnons de voyage. Rosetta finira sa vie dans une zone de « Tchouri », baptisée Maât (du nom d’une déesse égyptienne) où se trouvent de grands gouffres de dégazage encore inexplorés.

Premières loges

Alors, comment dire adieu à Rosetta, si ce n’est en suivant ses derniers tweets. L’Agence spatiale européenne et le Cnes ont choisi de partager les derniers instants de cette fabuleuse odyssée en live sur leur site Internet (en version longue et en français concernant le Cnes).

Mais aussi aux côtés du grand public à la Cité des Sciences à Paris et, c’était inévitable, à la Cité de l’espace à Toulouse. Cette dernière vient de recevoir en provenance du Cnes une maquette géante de « Tchouri » et peaufine pour les enfants son atelier sur les « odeurs de comètes ».

Rien n’est vraiment fini…

La plupart des acteurs de la mission Rosetta seront là. Dont Philippe Gaudon, le chef du projet Philae au Cnes, qui avoue qu’il refermera ce chapitre de « 15 ans » avec un pincement au cœur. Si lui a fait son deuil de Philae « depuis le mois de janvier », il pense aux scientifiques qui tous les jours reçoivent encore des données de Rosetta : les astrophysiciens toulousains aux commandes de « Rosina » par exemple, l’instrument qui jusqu’à la dernière seconde va renifler les gaz émis par « Tchouri ».

>> A lire aussi : On a retrouvé Philae (et on va pouvoir lui dire bye-bye)

« Et puis ce n’est pas vraiment fini, se console Philippe Gaudon. Il y a eu tellement de données scientifiques récupérées dans cette mission qu’il va falloir deux à trois ans pour les analyser. On va encore entendre parler longtemps de Rosetta. »

>> Allez, un dernier tour sur notre webdocumentaire sur la mission Rosetta