Le frère de Mohamed Merah pourrait être jugé du 27 février au 31 mars à Paris

JUSTICE Le frère de Mohamed Merah pourrait être jugé devant la cour d’assises spéciale de Paris pour « complicité d’assassinats » du 27 février au 31 mars prochain…

Béatrice Colin
— 
Un véhicule du convoi transportant Abdelkader Merah arrive au siège de la police antiterroriste à Levallois-Perret le 24 mars 2012
Un véhicule du convoi transportant Abdelkader Merah arrive au siège de la police antiterroriste à Levallois-Perret le 24 mars 2012 — Kenzo Tribouillard AFP

Abdelkader Merah pourrait comparaître devant la cour d’assises spéciale de Paris du 27 février au 31 mars prochain pour répondre de « complicité d’assassinats terroristes » selon La Dépêche du Midi.

Une information confirmée à 20 Minutes Toulouse  par Béatrice Dubreuil, l’avocate d’Albert Chennouf, dont le fils Abel a été assassiné par le tueur au scooter le 15 mars 2012 à Montauban. « La Cour d’Appel nous a informés de la date. Il était temps que l’on y arrive, c’est très long pour les familles », relève cette représentante d’une des parties civiles.

>> A lire aussi : Toulouse: Le renvoi aux assises d'Abdelkader Merah confirmé

Cette dernière attend une condamnation du frère de Mohamed Merah mais aussi des autres complices de l’assassin, tous originaires du quartier toulousain des Izards. L'avocate reconnaît une certaine frustration de ne pas « avoir d’autres personnes sur le banc des accusés », poursuit Béatrice Dubreuil alors que de son côté, Me Dupont-Moretti, l’avocat d’Abdelkader Merah, ne cesse de répéter qu’il n’y a rien dans le dossier.

L'autre complice, Fettah Malki, fixé début octobre

Ce procès permettra peut-être de faire la lumière sur le rôle joué par le frère aîné dans l’assassinat d’Imad Ibn Ziaten, la première victime de Merah, tué derrière un gymnase lors d’un faux rendez-vous donné après une annonce passée sur le Bon Coin pour vendre sa moto. Les enquêteurs ont longtemps suspecté Abdelkader d’être celui qui a consulté le site d’annonces en ligne, sans en avoir la preuve formelle.

D’ici la fin du mois d'octobre, la Cour de cassation devrait avoir statué sur le renvoi de Fettah Malki devant ces assises spéciales pour « pour association de malfaiteurs terroriste ». Ce délinquant a reconnu avoir fourni un gilet par balles et un Uzi à Mohamed Merah. Mis en examen dans un premier temps pour des faits délictuels pour lesquels il encourait 10 ans de prison, le parquet a fait appel pour les requalifier en faits criminels pour lesquels la peine encourue est de 20 à 30 ans.

Ce pourvoi en cassation n'ayant pas été purgé, la Cour d'appel ne confirme pas de date officielle pour la tenue du procès.