Toulouse: BubbleFlat, un bon plan pour trouver la colocation idéale

SOCIETE Trois amis d’enfance ont créé le site BubbleFlat qui permet de trouver un colocataire par affinités et, mieux, de dénicher un futur camarade de promo…

Hélène Ménal
— 
Partage du réfrigérateur lors d'une colocation.
Partage du réfrigérateur lors d'une colocation. — Jaubert - Sipa

Trouver des amis et partager les frais. La colocation permet de faire les deux quand on débarque à Toulouse - ou dans une autre grande métropole - en terre inconnue. Mais elle peut aussi vite tourner au cauchemar si on tombe sur le « mauvais » colocataire, celui qui n’a que mépris pour vos séries préférées et passe son temps à faire la nouba, y compris en période de partiels.

C’est pour éviter ce type de mésaventure que Nicolas, Victor et Cédric, trois Toulousains amis d’enfance, ont créé le site gratuit BubbleFlat. Comme tous les sites du genre, il recense les annonces et demandes de colocation.

« Faire sauter l’année solitaire »

Mais, plus rare, il permet en renseignant les profils de créer des groupes « colocompatibles », genre un club d’étudiants sérieux très cocooning ou la bande fêtarde qui va tout déchirer. Surtout, il est le seul à répertorier les écoles ou les campus des futurs colocataires.

« Quand on arrive d’une autre ville et qu’on ne connaît personne, on finit par prendre un studio tout seul. Nous voulons faire sauter cette année de solitude », argumente Nicolas Conté, le jeune Pdg de la start-up. Si, grâce à des algorithmes, le coloc en question a toutes les prédispositions pour devenir votre ami, et qu’en plus, il peut covoiturer, c’est le pompon.

30 profils en 48 heures

Lancé en juillet, BubbleFlat revendique déjà 5.000 utilisateurs. Dont Clément, étudiant en ingénierie informatique et heureux propriétaire d’un appartement dans le quartier du port Saint-Sauveur. « Ma sœur habitait avec moi et je me suis retrouvé avec une chambre vide », explique-t-il. Deux semaines et demie après, il accueillait Martin, « ouvert et calme ». Comme lui. « En 48 heures, j’avais déjà 30 profils, des tas de photos, des nouveaux amis Facebook, confie Clément, j’ai même pu renseigner tout ce qui concernait l’ameublement, c’est cool ».

>> A lire aussi : Toulouse: Un forfait transport VRAIMENT «tout en un» pour les étudiants

Les trois Toulousains fondateurs de la start-up se donnent une année universitaire pour roder le concept. Ils visent toutes les villes du monde et en particulier les étudiants Erasmus. L’étape suivante sera l’appli BubbleFlat qui servira, en plus de faire naître des colocations heureuses, d’interface entre les bailleurs et les colocataires, façon Airbnb.