Toulouse: Relevez tous les obstacles pour donner des yeux aux aveugles

RECHERCHE L’université Paul-Sabatier organise jeudi une journée pour collecter des données afin de créer une carte en relief pour les déficients visuels…

Julie Rimbert

— 

Une vingtaine de personnes a participé à la première cartoparty à Ramonville.
Une vingtaine de personnes a participé à la première cartoparty à Ramonville. — Makina Corpus

Une borne, un trottoir, un nid-de-poule… autant d’obstacles difficiles à éviter lorsqu’on n’y voit rien. Pour faciliter la mobilité des personnes déficientes visuelles, une carte tactile augmentée et agrémentée d’informations sonores va être élaborée sur le campus de Rangueil.

C’est en tout cas l’objectif de la journée Accessimap organisée jeudi à l’ université Paul-Sabatier et durant laquelle les participants effectueront un relevé précis des pièges et difficultés rencontrés par les déficients visuels.

Répertorier les obstacles et repères

Une soixantaine de personnes est déjà inscrit pour cette cartoparty qui permettra aux aveugles d’acquérir plus d’autonomie dans leurs déplacements.

« Après leur avoir présenté le projet de recherche Accessimap, les étudiants vont contribuer à répertorier les données géographiques sur le campus de l’université, explique Cindy Jeanblanc, chargée de développement à la société toulousaine Makina Corpus, spécialisée dans l’ingénierie des logiciels et spécialiste en cartographie, en partenariat avec l'Institut des Jeunes Aveugles (IJA) de Toulouse. Ils identifieront les ponts, les passages piétons, la largeur du trottoir les escaliers, les arbres sur le chemin, tout ce qui peut aider une personne déficiente visuelle à se repérer dans son trajet ».

Les informations collectées seront ensuite intégrées directement dans l’application libre et participative OpenStreetMap puis seront exploitées pour créer une carte en relief pour les déplacements des aveugles.

>> A lire aussi: Un non-voyant court un trail de 54 km seul et bat le record du monde en autonomie complète

« Selon le handicap et l’âge, l’accessibilité n’est pas la même pour ces personnes, souligne Cindy Jeanblanc. Des personnes en situation de handicap visuel ou pas seront présentes jeudi pour expliquer leur quotidien et échanger avec les participants sur les difficultés pour leur mobilité ».

Samedi, une première cartoparty a réuni une vingtaine de personnes à Ramonville. Elles ont collecté près de 1.600 nouveaux éléments de cartographie.