Toulouse: Ils manifestent pour conserver le tarif jeunes Tisséo à 10 euros par mois

TRANSPORTS L’annonce de la fin du tarif jeunes et de la gratuité pour les seniors dans les transports en commun, pour une tarification en fonction des revenus, a du mal à passer…

Béatrice Colin
— 
La nouvelle politique tarifaire de Tisséo en faveur des jeunes a été mise en place en 2009.
La nouvelle politique tarifaire de Tisséo en faveur des jeunes a été mise en place en 2009. — Fred Scheiber/20 Minutes

Adieu la gratuité pour les seniors de plus de 65 ans et le tarif jeunes à 10 euros par mois pour les moins de 26 ans dans les transports en commun. Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a tranché et confirmé récemment qu’une nouvelle tarification serait mise en place dès le début de l’année 2017.

Cette mesure, qui sera connue au mois d’octobre lors d’un conseil syndical, sera mise en place sur la base de critères sociaux, en fonction des revenus. Et de citer en exemple les enfants de parents assujettis à l’impôt sur la fortune payant le même tarif que des étudiants enfants d’ouvriers.

Une refonte de la politique tarifaire qui ne passe pas du tout auprès de certains jeunes.

A l’appel du syndicat étudiant Unef, mais aussi des jeunes communistes et des jeunes socialistes, un rassemblement aura lieu ce mardi soir, à 18h30, à la sortie de la station Jean-Jaurès où des tracts seront distribués.

Critiques de l’opposition

« Ces jeunes qui ont plus de moyens, je ne les connais pas. La solution de Jean-Luc Moudenc est de prendre en référence les revenus des parents, or nous sommes pour que les jeunes soient considérés de manière autonome. Le tarif à 10 euros c’est aussi un motif d’attractivité pour de nombreux étudiants », relève Daniel Molina, le président des MJS.

« Nous avons la tarification jeune la moins chère de France et elle le restera », s’est engagé le maire de Toulouse.

Mais pour ses opposants, en particulier l’ancien maire Pierre Cohen, à l’initiative de ce tarif jeunes en 2009, « aujourd’hui, dans la plupart des villes françaises, on favorise l’utilisation des transports en commun pour éviter les bouchons et la pollution. Sauf à Toulouse. N’en déplaise à M. Moudenc, on n’a, en effet, jamais vu une augmentation des tarifs ou une fin de la gratuité se traduire par une incitation à prendre les transports en commun ! »