Toulouse: Saturée et en manque de moyens, la fac de psycho est en grève

UNIVERSITE La direction et le personnel de l’UFR de Psychologie de l’Université Jean-Jaurès sont en grève depuis ce lundi matin pour dénoncer le manque de moyens…

B.C.
— 
LUFR de Psychologie de l'Université Jean-Jaurès.
LUFR de Psychologie de l'Université Jean-Jaurès. — UT2

5.000 étudiants pour 100 profs. Pour les membres de l’UFR de psychologie de l’Université Jean-Jaurès, le compte n’y est pas.

Après une assemblée générale vendredi, à l’unanimité, ils ont décidé de se mettre en grève à compter de ce lundi matin pour dénoncer « une UFR à bout de souffle », arguant que « les conditions de réussite universitaire de nos étudiants ne sont plus réunies et la santé des personnels est menacée ».

Par manque de moyens, les enseignants et personnels expliquent qu’ils ne peuvent pas mettre en place les formations « malgré une qualité d’organisation de l’UFR reconnue par les instances d’évaluation du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ».

500 étudiants de plus cette année

Confrontés à une « augmentation des effectifs depuis plusieurs années », ils doivent faire face à moyens constants. Ainsi, une seule personne a la responsabilité de la gestion de la première année de licence, soit 1.850 étudiants.

Au total, ils évaluent le déficit d’enseignants-chercheurs à 67 postes. Sans compter la saturation des locaux où des groupes se retrouvent à 35 étudiants dans des salles prévues pour 25.

La présidence de l’Université Jean-Jaurès confirme une augmentation des effectifs cette année en psychologie, 500 inscriptions supplémentaires ont été enregistrées cette année. Cette hausse serait due à la mise en place d’un numerus clausus dans les UFR de psycho d’autres universités du grand Sud, certains étudiants de Master se rabattant sur Toulouse.

Rendez-vous avec le ministère

« L’expression du malaise des collègues de psychologie est légitime même s’il est regrettable que la manifestation de cette crise empêche la rentrée », a indiqué le président, Daniel Lacroix. Ce dernier a indiqué aux représentants de l’UFR qu’un rendez-vous avec le ministère pour obtenir des moyens supplémentaires était pris. Et pour répondre à l’urgence, un aménagement des dotations-horaires est à l’étude.

Une nouvelle assemblée générale était prévue ce lundi midi.