TFC-Guingamp: Pour Etienne Didot, «c'était vraiment le moment de rentrer en Bretagne»

FOOTBALL Après huit saisons à Toulouse, le Breton Etienne Didot, actuellement blessé, a rejoint Guingamp cet été. Les deux équipes se retrouvent samedi au Stadium…

Propos recueillis par Nicolas Stival
— 
Etienne Didot jubile après la victoire du TFC sur Troyes en Ligue 1, le 7 mai 2016 au Stadium de Toulouse.
Etienne Didot jubile après la victoire du TFC sur Troyes en Ligue 1, le 7 mai 2016 au Stadium de Toulouse. — R. Gabalda / AFP

Samedi, Etienne Didot ne sera pas sur la pelouse du Stadium, et certainement pas non plus dans les tribunes. Le milieu de 33 ans, qui a quitté le TFC pour Guingamp fin juin, continue de se soigner en Bretagne. « C’est là qu’on voit que c’est un garçon qui a beaucoup de classe, plaisante Pascal Dupraz. Il diffère son retour… C’est pour cela qu’il dit qu’il ne peut pas jouer et a une pubalgie. »

>> A lire aussi : Etienne Didot, l'Iniesta du TFC, signe à Guingamp

Le natif de Paimpol, à une petite trentaine de kilomètres de Guingamp, assure qu’il « devrait pouvoir s’entraîner normalement d’ici 15 jours ». En attendant, l’ex-Iniesta des Violets, dixit Dupraz, est forcément un observateur privilégié du duel qui attend les deux formations lors de cette cinquième journée.

D’abord, un petit retour en arrière ? Comment s’est passé ce départ pas forcément attendu ?

Il ne me restait qu’un an de contrat. Avec le coach [Pascal Dupraz, arrivé en mars 2016], cela se passait très bien. On était sur la même longueur d’onde. Et puis, j’ai eu la proposition de Guingamp. Et comme je me disais qu’à la fin de ma carrière je voulais rentrer en Bretagne, c’était un bon choix. Ensuite, ma dernière saison au TFC a longtemps été compliquée, je jouais moins. Cela n’a pas été très agréable, même si la fin a été magnifique, avec ce sauvetage incroyable. J’avais été pas mal de fois en contact avec des clubs bretons quand j’étais à Toulouse. Mais ce n’était jamais le bon moment. Là, c’était vraiment le moment de rentrer.

Les négociations avec le TFC ont-elles été faciles ?

Oui, ça va. Après, c’est toujours le foot. Mais ça s’est relativement bien passé.

Quels souvenirs gardez-vous de Toulouse ?

Les dix derniers matchs de la saison dernière, fabuleux. Mais aussi le rapport avec le public, les ovations, le partage. Je joue au foot pour cela, être heureux avec les supporters. J’ai rencontré plein de bonnes personnes. J’ai connu des moments magnifiques, d’autres un peu plus durs. Mais passer huit ans de sa vie d’adulte à Toulouse, quand on en a 33, c’est pas mal…

Quel regard portez-vous sur le TFC actuel ?

L’équipe est sur la lancée de la fin de saison dernière, avec un coach qui a apporté énormément au club, à un moment où le TFC en avait plus que besoin. Malgré ce faux pas à Bastia (2-1), dans l’ensemble, c’est super intéressant.

>> A lire aussi : La malédiction bastiaise se poursuit, le TFC n'est plus invaincu en Ligue 1

Et Guingamp, cinquième de L1, est également bien lancé…

Oui, il y a de beaux matchs, du jeu. J’ai vu toutes les rencontres (blessé, il n’a pas encore joué) et je ne me suis pas ennuyé une seule fois. L’équipe percute beaucoup et montre énormément d’envie.

Quelles sont les ambitions de l’En Avant ?

Déjà, si on se maintient le plus vite possible, ce sera bien. Après, on pourra peut-être envisager autre chose.

Un pronostic pour le match de samedi ?

Ce qui m’arrangerait, c’est un beau match, avec une petite victoire de Guingamp mais une belle prestation de Toulouse. Cependant, le TFC à domicile, c’est solide.

Dernière chose, comment voyez-vous votre avenir ?

J’ai signé pour deux ans. Après, tout dépendra de mon état. Je ne me fixe pas de limites. Si j’ai la chance de terminer ici, c’est parfait.