Partie combattre Daesh, une Toulousaine accusée de préparer un attentat en Turquie

MONDE Une Toulousaine d’origine kurde, partie combattre Daesh en Syrie, a été arrêtée par le régime d’Ankara qui l’accuse d’avoir fomenté un attentat-suicide…

H. M. et B. C.
— 
Ebru Firat, lors d'un reportage de France 2 sur les Français partis en Syrie combattre Daech
Ebru Firat, lors d'un reportage de France 2 sur les Français partis en Syrie combattre Daech — France 2 / Capture ecran

Le 8 septembre dernier, une Toulousaine d’origine kurde était arrêtée par la police turque à l’aéroport d’Istanbul, accusée par les autorités de préparer un attentat-suicide à la bombe dans la mégalopole.

Depuis, la famille d’Ebru Firat est sans nouvelles de cette Franco-Turque partie il y a un an pour combattre Daesh au sein du kurdistan syrien.

>> A lire aussi : Turquie: Des tirs de roquettes contre l'aéroport de Diyarbakir

La jeune femme, qui a suivi des études de médecine avant de s’engager, a été interpellée à sa descente d’avion alors qu’elle revenait de Diyarbakir, une ville du sud-est de la Turquie indique France 3 Midi-Pyrénées.

Désignée comme une membre du PKK

Selon Agnès Caséro, son avocate toulousaine joint par 20 Minutes, une agence de presse officielle turque indique qu’une source anonyme l’aurait dénoncée, indiquant qu’elle s’apprêtait à commettre un attentat au nom du PKK, le parti des travailleurs du Kurdistan considéré comme une organisation terroriste par le gouvernement d’Ankara.

« Tout ça est parfaitement contraire aux projets de cette jeune fille qui avait tout préparé pour son retour sur Toulouse, y compris son logement », dénonce l’avocate qui n’exclut pas de se rendre en Turquie dans les prochains jours

Ebru Firat, connue sous son nom de guerre Amara, a pu rencontrer sur place un avocat. En janvier dernier elle avait participé à un reportage diffusé sur France 2 sur les Français partis se battre contre l’État islamique en Syrie.