Crise autour de la future Maison des ados

Amandine Rancoule - ©2007 20 minutes

— 

« Il faut ouvrir au plus vite une Maison des adolescents à Toulouse. Nous avons près d'un an de retard par rapport à d'autres villes », indique Françoise de Veyrinas, adjointe au maire à la coordination des Affaires sociales.

Une Maison toulousaine des adolescents permettrait d'accueillir, d'écouter et d'orienter les jeunes de 11 à 21 ans sur des thèmes sociaux et sanitaires comme la contraception, la toxicomanie... Mais son ouverture est pour le moment loin d'être assurée. Le conseil général, qui fait partie du comité de pilotage du projet avec une dizaine d'autres structures, n'a pas donné son accord pour participer financièrement à la construction du lieu.

« Le conseil général sera à l'initiative d'une Maison des adolescents », a pourtant annoncé, dans un communiqué son président, Pierre Izard. Mais à condition d'agir seul...« Nous sommes impliqués et nous avons proposé d'assurer la conduite du projet plutôt que de laisser à une association, a précisé Claude Touchefeu (PS), vice-présidente du conseil général et conseillère municipale d'opposition de Toulouse. Quand c'est une collectivité, on est assuré de la pérennité de la gestion. »

Pour la mairie de Toulouse, qui a trouvé des locaux près de Wilson, « l'existence de cette Maison est capitale et l'initiative du conseil général est un rebondissement inacceptable ». Dans les prochains jours, le préfet, Jean-François Carenco, devrait réunir le comité de pilotage pour trouver une solution à cette discorde.