Stade Toulousain: Héros des Jeux de Rio, le Fidjien Kunatani part à la conquête du Top 14

RUGBY Médaillé d’or avec les Fidji aux Jeux olympiques de Rio, Semi Kunatani vient de rentrer à Toulouse. La star du rugby à 7 doit désormais réussir à s’imposer à 15…

Nicolas Stival

— 

Le Fidjien du Stade Toulousain Semi Kunatani face à la Grande-Bretagne en la finale de l'épreuve de rugby à 7 des Jeux olympiques de Rio, le 11 août 2016.
Le Fidjien du Stade Toulousain Semi Kunatani face à la Grande-Bretagne en la finale de l'épreuve de rugby à 7 des Jeux olympiques de Rio, le 11 août 2016. — Robert F. Bukaty/AP/SIPA

C’est le Stade Toulousain qui l’annonce ce jeudi. Dimanche à Ernest-Wallon, à l’occasion du choc de la quatrième journée de Top 14 contre Toulon « nous aurons l’honneur de retrouver notre médaillé des JO de Rio 2016, Semi Kunatani ».

Sur le terrain ou en tribunes ? En rugby à 7, le joueur de 25 ans, revenu à Toulouse en début de semaine, est l’un des meilleurs du monde. Il l’a encore prouvé voici un mois au Brésil, où les Fidji ont remporté la première médaille d’or olympique de leur histoire. A 15 en revanche, où l’accent est beaucoup plus mis sur le combat et le jeu au pied, Kunatani reste un mystère depuis sa signature au Stade, à l’été 2015.

>> A lire aussi : Les Fidjiens sont prêts à tout pour retenir Ben Ryan, le coach des rugbymen sacrés à Rio

« C’est un garçon qui débarquait de son pays, de son île, sans avoir une culture du rugby à 15, rappelle Pierre-Henry Broncan, l’un des entraîneurs toulousains, en charge de la défense. Il y avait un gros travail à faire pour le positionner à l’aile. Même pour un ailier, quand tu n’as jamais joué, c’est très compliqué au niveau des replacements offensifs et défensifs. » Un discours qui fait écho à celui que tenait l’entraîneur principal Ugo Mola en décembre 2015 : « Chez les jeunes, Semi a un peu joué à XV. Mais plutôt comme troisième ligne qu’ailier. »

Quatre petits matchs joués en équipe première

Résultat : le solide Fidjien (1,92 m, 98 kg) n’a disputé que quatre rencontres avec l’équipe première du Stade Toulousain en 2015-2016, se contentant la plupart du temps du faible championnat Espoirs. « Cela a été bénéfique pour lui, il a pu emmagasiner de l’expérience, assure pourtant Broncan. Il a tout de même fini sur un dernier match de Top 14 à Grenoble où il a joué 80 minutes à l’aile. »

« On est persuadés que cette année, il va continuer sa progression et beaucoup plus jouer en équipe première », assène le technicien. Les prochains mois diront si Kunatani peut briller en Top 14 comme sur le circuit mondial de rugby à 7. De toute manière, qu’il réussisse ou pas ce pari, le Fijdien restera à jamais, en compagnie de ses coéquipiers couronnés à Rio, le héros de tout un peuple.