Jean-Luc Mélenchon a encore choisi Toulouse pour sa rentrée, et ce n’est pas un hasard

POLITIQUE Comme en 2015, Jean-Luc Mélenchon effectuera sa rentrée politique dimanche à Toulouse, à l’issue de l’université d'été du Parti de Gauche…

Nicolas Stival

— 

Jean-Luc Mélenchon reçu à l'Elysée, le 25 juin 2016.
Jean-Luc Mélenchon reçu à l'Elysée, le 25 juin 2016. — Y. Bohac / Sipa

Bis repetita. Comme en 2015, le Parti de Gauche (PG) organise vendredi et samedi son université d’été, baptisée « Remue-méninges », à l’université Jean-Jaurès de Toulouse. Et ce dimanche, Jean-Luc Mélenchon, candidat à l’élection présidentielle de 2017, prend la parole pour sa rentrée politique dans la Ville rose. Comme en 2015 là encore.

>> A lire aussi : Pour Mélenchon, le «rocardisme» c'est «quasiment du gauchisme» par rapport à Valls et Macron

« La première édition a fait qu’on a envie de revenir, explique Eric Coquerel, coordinateur du PG. C’est une ville où notre espace politique a toujours existé de manière importante, avec beaucoup de personnes qui contestent le système tel qu’il est aujourd’hui. En outre Jean-Luc Mélenchon est le député européen de Toulouse (en tant qu’élu de la circonscription Sud-Ouest). »

Lors du premier tour de la présidentielle de 2012, ce dernier avait réuni 15,91 % des voix dans la capitale occitane et s’était imposé comme le troisième homme derrière François Hollande (34,44 %) et Nicolas Sarkozy (23,12 %). Loin devant Marine Le Pen (10,34 %), à l’inverse de la tendance nationale.

« Le meeting de la place du Capitole avait été un temps fort de la campagne, se souvient Lise Maillard, co-secrétaire du PG haut-garonnais. Toulouse est un lieu fort en termes de militants, qui peuvent assurer l’organisation de « Remue-Méninges ». En outre, cela a lieu à l’université du Mirail, rebaptisée Jean-Jaurès, située dans un quartier populaire. »

Justement, la question de la mobilisation de ces quartiers, comme celles de la transition écologique, de la situation en Turquie et au Kurdistan ou de la VIe République, sera l’un des sujets des nombreux débats, ateliers et formations pratiques prévus en cette fin de semaine. L’édition 2015 avait été largement centrée sur l’international, et notamment sur l’Espagne, avec des invités du mouvement Podemos, venus en voisins à Toulouse.

« Cela sera encore le cas cette année, indique Lise Maillard. Mais ce « Remue-Méninges » sera vraiment tourné vers l’élection présidentielle de 2017. » Sans oublier, tout de même, les suites du mouvement social contre la loi Travail.

« C’est la fin des vacances, un moment où l’on va recommencer à se mobiliser en vue de la rentrée mais où l’on se trouvera aussi dans des conditions optimales pour réfléchir de manière conviviale », conclut Eric Coquerel. Les participants espèrent que l’événement servira de tremplin vers un bon score à la prochaine présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, candidat de « la France insoumise », le mouvement qu’il a créé, censé dépasser les frontières du seul Parti de Gauche.