Aveyron: Un deuxième cas de grippe aviaire détecté en quelques semaines

AGRICULTURE 11.000 canards vont être abattus à Cruéjouls dans l’Aveyron…

C.C avec AFP
— 
Un deuxième cas de grippe aviaire a été détecté dans un élevage de canards.
Un deuxième cas de grippe aviaire a été détecté dans un élevage de canards. — Dominique Faget AFP

Un nouveau cas de grippe aviaire a été détecté dans un élevage de canards en Aveyron, proche d’un premier foyer infectieux confirmé dans ce département en juillet, en plein redémarrage de la production après le vide sanitaire.

70km entre les deux foyers 

Quelque 11.000 canards vont être abattus dans cet élevage de Cruéjouls, sur la commune de Palmas, où a été détecté un « foyer secondaire » de l’épizootie présentant un « lien épidémiologique » avec un premier cas à Vaureilles (Aveyron), selon Yves Coche, directeur départemental de la cohésion sociale et de la protection des populations de l’Aveyron.

>> A lire aussi : Grippe aviaire: nouveau foyer détecté en Dordogne, voisin du précédent

Le premier foyer avait été mis au jour le 15 juillet dans un élevage de 2.000 canards. Le « foyer secondaire » a été confirmé vendredi soir. Les deux localités du nord de l’Aveyron sont situées à environ 70 km de distance par la route.

L’élevage va subir un nouveau vide sanitaire

L’élimination des 11.000 canards « prêts à gaver » sera suivie d’une opération de « désinfection, lavage, nouvelle désinfection, avec chaque fois des niveaux de désinfection plus poussés », explique Yves Coche. Un périmètre de protection de 3 km autour du foyer a été mis en place, doublé d’une zone de surveillance de 10 km.

>> A lire aussi : Sud-Ouest: Deux nouveaux cas de grippe aviaire, en Dordogne et dans l'Aveyron

L’éleveur sera indemnisé à hauteur de ses pertes, dans un délai d’un mois après l’assainissement et pourra alors reprendre son activité, a ajouté le directeur départemental, annonçant un retour à la normale de la situation autour du 25 août en Aveyron.

Pas de propagation

« Les contrôles se multiplient et ne montrent pas d’émergence de l’infection en dehors de ces deux foyers » ont précisé les autorités, qui se félicitent ainsi de « la pertinence du vide sanitaire ». Décrété au printemps pour endiguer la progression de l’épizootie, celui-ci avait pour but, selon lui, de protéger « l’ensemble de la filière aviaire », y compris les élevages de poules et pintades.

>> A lire aussi : Grippe aviaire: «On s’attendait à avoir de nouveaux cas malgré le vide sanitaire»

Le directeur départemental de l’Aveyron a insisté sur l’absence de « risque de contamination vis-à-vis de l’homme, que ce soit au contact direct ou par la consommation de produits de viande du canard ».