Le «cannibale des Pyrénées» ne sera jamais jugé

JUSTICE Jérémy Rimbaud, surnommé le « cannibale des Pyrénées » pour avoir tué un nonagénaire et affirmé avoir mangé son cœur, a été déclaré irresponsable…

H.M. avec AFP

— 

En décembre 2013, lors de l'arrivée de Jérémy Rimbaud au tribunal de Pau.
En décembre 2013, lors de l'arrivée de Jérémy Rimbaud au tribunal de Pau. — GAIZKA IROZ / AFP

Le « cannibale des Pyrénées » ne comparaîtra jamais devant une cour d’assises. Jérémy Rimbaud, soupçonné d’avoir sauvagement tué un nonagénaire dans les Hautes-Pyrénées, vient d’être déclaré pénalement irresponsable par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Pau.

Il a entendu des voix

Le 15 novembre 2013, l’ancien militaire alors âgé de 26 ans s’était introduit de nuit dans une maison du petit village deNouilhan habité par un nonagénaire dont il avait fracassé le crâne avec un outil métallique. Jérémy Rimbaud a non seulement reconnu le meurtre mais a aussi affirmé avoir mangé le cœur et la langue de la victime. Près du corps, de la chair humaine cuite a d’ailleurs été retrouvée dans une assiette de haricots.

Le « cannibale » avait évoqué des « forces extérieures », soutenant « avoir reçu des ordres par des voix ».

Probable internement

Sur la base d’expertises concluant à un trouble psychiatrique, les magistrats ont donc estimé ce mardi que le discernement du suspect était aboli au moment de cet homicide sordide.

La Cour d’appel de Pau a également demandé une nouvelle expertise s’agissant d’une autre agression d’un homme, avec le même objet métallique, dans la journée précédant la mort du nonagénaire.

>> A lire aussi : Le «cannibale» des Pyrénées pourrait ne jamais être jugé

Le jeune homme avait servi cinq ans dans l’armée, combattant notamment en Afghanistan, sans qu’aucun trouble mental ne soit détecté. Son sort est désormais entre les mains du préfet des Pyrénées-Atlantiques qui peut notamment opter pour « une hospitalisation d’office judiciaire ».