Ariège: L'église de Tarascon-sur-Ariège cachait des tapisseries uniques de la Révolution française

PATRIMOINE Lors de travaux de restauration de retables, les ouvriers ont mis à jour des papiers peints de l’époque révolutionnaire, prouvant que l’église avait été convertie en temple de la Raison…

Julie Rimbert
— 
Les tapisseries de la Révolution française étaient cachées sous le retable.
Les tapisseries de la Révolution française étaient cachées sous le retable. — Mairie de Tarascon-sur-Ariège

Derrière les retables dormaient des tapisseries de la Révolution française uniques en France. Suite à des travaux de restauration de l’église Notre Dame de la Daurade à Tarascon-sur-Ariège, les ouvriers ont découvert un papier peint bleu-blanc-rouge, signe que l’édifice religieux avait été transformé en 1793 en temple laïc pendant la Révolution.

Un panneau entier mis à jour fin juin

Le chœur de l’église est orné d’un grand retable du XVIIIe siècle composé de cinq tableaux de très grand format. La mairie a lancé un programme de rénovation de ces toiles peintes en 2015, en collaboration avec l’association locale Histoire et patrimoine du Tarasconnais.

« En février, deux tableaux ont été décrochés pour partir vers un atelier de restauration et nous avons découvert un premier ensemble de lambeaux de papiers peints, raconte Alain Sutra, le maire de la commune ariégeoise. Le 29 juin, deux autres toiles ont été enlevées et cette fois-ci c’est un panneau entier de tapisserie qui a été trouvé ».

Délibération du 2 décembre 1793

L’ensemble de ces papiers ont été posés à même le mur, sur les emprises laissées libres par les toiles peintes retirées alors que l’église était convertie en temple de la Raison. Grâce à l’association Histoire et patrimoine du Tarasconnais, on en sait un peu plus sur les circonstances de cette conversion. « Que le jour de la prochaine décade la principale église de cette commune sera consacrée à la raison, à la Liberté et à l’Egalité ; qu’à cet effet, tous les corps constitués, la garde nationale (…) ce jour-là, les portes des maisons des patriotes, décorées de branches de chêne, seront surmontées d’un drapeau tricolore », indique un des registres des délibérations de la commune à la date du 2 décembre 1793.

De nombreux édifices religieux ont ainsi été convertis en temples de la Raison en France durant la période révolutionnaire mais ils sont rares à avoir conservé ces traces visibles. « Des vestiges d’une telle ampleur, il n’y en a pas selon la Direction régionale des affaires culturelles qui a été sollicitée pour authentifier ces tapisseries, souligne Alain Sutra. C’est une trace importante d l’histoire que nous aimerions à terme conserver ».