Des Toulousains déplacent les espaces de coworking dans les restaurants

ECONOMIE Deux Toulousains viennent de lancer FrenchWork, un site Internet qui propose des espaces de coworking dans des restaurants…

Béatrice Colin

— 

FrenchWork propose de nouveaux espaces de coworking... dans des restaurants.
FrenchWork propose de nouveaux espaces de coworking... dans des restaurants. — LORENVU/SIPA

Et si entre deux services, les restaurants accueillaient d’autres types de clients. Alors que chaque semaine de nouveaux espaces de coworking ouvrent leurs portes en France, deux Toulousains ont eu l’idée de les délocaliser dans les restaurants, aux heures où les salles sont en général bien vides.

Depuis lundi, les entrepreneurs à la recherche d’un lieu d’accueil pour une demi-journée peuvent réserver en ligne via le site FrenchWork leur table pour travailler pour l’un des cinq établissements de la Ville rose qui jouent déjà le jeu.

« Depuis un an et demi je bosse dans ma cuisine ou dans mon jardin, quand j’en ai marre d’être seul, je finis dans un bar ou un café, mais c’est parfois trop bruyant. D’où l’idée des salles de restaurant, plus calmes », explique Jérôme Introvigne, l’un des deux fondateurs de FrenchWork et par ailleurs créateur du réseau social de partage de compétences professionnelles Skiller.

A ses côtés, Sébastien Hordeaux qui connaît bien la notion de coworking pour avoir lancé à Toulouse l’espace Etincelle.

Ouvrir d’ici fin 2016 dans les 10 plus grandes villes françaises

Et chacun à y gagner. Pour les entrepreneurs nomades, c’est la possibilité de changer d’espace de travail. Pour les restaurateurs qui perçoivent la moitié des 10 euros payés pour une demi-journée, c’est la possibilité de gagner de nouveaux clients.

« L’idée c’est de faire sortir les gens de chez eux. Il y a 75.000 restaurants en France, donc forcément un près de chez vous », insiste Jérôme Introvigne qui espère ouvrir les premiers restau-coworking dans les dix plus grandes villes de France d’ici à la fin de l’année. Et depuis le lancement lundi du concept à Toulouse, il a déjà reçu des coups de fil de la France entière par des établissements intéressés.