L'exposition Nouveaux animaux de compagnie du Muséum de Toulouse ouvre le 5 juillet 2016 et fermera le 18 juin 2017.
L'exposition Nouveaux animaux de compagnie du Muséum de Toulouse ouvre le 5 juillet 2016 et fermera le 18 juin 2017. — B. Colin / 20 Minutes

EXPOSITION

Toulouse: Les Nouveaux animaux de compagnie font salon au Muséum

La nouvelle exposition du Muséum de Toulouse ouvre ce mardi. Elle est consacrée au phénomène des NAC, les nouveaux animaux de compagnie…

Du furet à la mygale, les Nouveaux animaux de compagnie ont envahi les salons des particuliers au cours des vingt dernières années. Et parfois, on en possède sans le savoir, comme ce corail qui trône dans l’aquarium décoratif que belle-maman nous a offert ou Franklin la tortue qui squatte le jardin depuis des années.

Effet de mode devenue une tendance de fond, les fameux NAC sont les « héros » de la nouvelle exposition proposée par le Muséum de Toulouse, une mise en bouche avant la grande expo qui ouvrira en octobre sur le thème « Chiens et Chats ».

Pour présenter bêtes à plume, à poils et à écailles, les responsables de l’établissement ont choisi de les présenter dans leur environnement non naturel : un salon.

Responsabiliser les citoyens

Pendant qu’un serpent - naturalisé bien sûr - prend la pose dans un couffin, une mygale occupe le bureau de l’enfant de la maison.

Un serpent dans un WC, à voir lors de l'exposition sur les NAC proposée par le Muséum de Toulouse.

Au total, une cinquantaine de spécimens prennent place dans le salon et jusqu’au fond la cuve des WC, un endroit où aiment se nicher certains reptiles, alimentant au passage la rubrique des faits divers.

 

>> A lire aussi : Les pythons se cachaient dans les WC

Au fur et à mesure de l’expo, on découvre la vie de ces animaux parfois méconnus, mais aussi des anecdotes sur leur vie ailleurs, dans la jungle et la savane, ou encore la réglementation à respecter pour en posséder.

« Nous ne sommes pas un musée militant, nous éveillons les citoyens à la nature et aux moyens pour la préserver. Nous ne prenons pas position mais nous essayons de responsabiliser, notamment en insistant sur le respect des normes sanitaires », explique Virginio Gaudenzi, directeur adjoint du Muséum.

1.500 consultations pour les NAC à l’école véto

Et pour concevoir cette nouvelle attraction, il a fait appel aux spécialistes de l’école vétérinaire. Chaque année,la clinique NAC de l’établissement créée en 1999 voit augmenter son nombre de patients.

« L’an dernier, nous avons réalisé 1.500 consultations. Dans 70 à 80 % des cas il s’agit de mammifères comme les lapins, les cochons d’inde ou les rats. Mais nous avons aussi des lamas et maintenant des cochons transformés en animaux de compagnie », relate Guillaume La Loc’h, enseignant-checheur à l’école véto de Toulouse.

Pédagogie pour éviter les abandons

Avec parfois des surprises, comme des salamandres avec branchies ou de gros escargots que leurs propriétaires ont du mal à soigner. Les praticiens y font aussi de la pédagogie. Histoire d’éviter les abandons, comme ces milliers de tortues de Floride qui ont été relâchées dans la nature et ont envahi les rivières et fait d’énormes dégâts.

Ou encore ces fous de NAC qui se rendent compte au bout de quelques mois que cela coûte cher à entretenir et qu’il n’existe pas de distributeur automatique de souris pour son boa lorsqu’on part trois semaines en vacances à l’autre bout du monde.

Parfois, les vétérinaires trouvent sur le pas-de-porte de la clinique une portée de hamsters comme la semaine dernière ou héritent des saisies, comme ce serpent récupéré après l’interpellation de son propriétaire.

>> A lire aussi : Interpellé parce qu'il se promène son boa constrictor en plein centre-ville

Mais les NAC ce n’est pas que ça. C’est aussi les milliers de petits lapins qui peuplent les salles de classes des maternelles ou les cochons d’inde qui tournent en boule dans leurs roues sous les yeux des enfants.