La sonde Rosetta va s'écraser en beauté sur la comète «Tchoury»

ESPACE Ce sera l’ultime scène que jouera la sonde Rosetta, le 30 septembre prochain.…

Hélène Ménal

— 

La sonde spatiale Rosetta au dessus de la comète Churyumov-Gerasimenko.
La sonde spatiale Rosetta au dessus de la comète Churyumov-Gerasimenko. — CNES/EKIS France, 2013

Bon baiser de « Tchoury ». Ce sera l’ultime scène que jouera la sonde Rosetta, le 30 septembre prochain. Le scénario de cette mort annoncée vient d’être dévoilé par le Centre national d’études spatiales. Et il aura du panache.

A partir du mois d’août, les scientifiques aux commandes opéreront « les derniers changements de trajectoire ». Rosetta va donc réaliser « une descente contrôlée inédite » pour rejoindre progressivement la fameuse comète Churyumov-Gerasimenko qu’elle a été chargée d’intercepter il y a douze ans maintenant. Elle y retrouvera son « compagnon » l’atterrisseur Philae, l’autre héros de l’épopée, désormais muet.

Elle va bosser jusqu’à son dernier souffle

La fin de Rosetta est dictée par des contraintes techniques. Dans le sillage de sa comète, elle s’éloigne chaque jour un peu du soleil et ne pourra bientôt plus emmagasiner assez d’énergie pour communiquer avec la Terre.

>> A lire aussi : Cinq choses à retenir de l'épopée du robot Philae

La date d’impact, présentée comme un « ultime baiser à sa comète » par Pierre-Yves Le Gall, le patron du Cnes, est donc fixée au 30 septembre. Mais la vaillante Rosetta travaillera jusqu’à son dernier souffle. En phase d’approche, elle prendra « en temps réel des clichés à très haute résolution » et fera « des mesures scientifiques totalement inédites, offrant aux scientifiques de nouvelles données ».

>> A lire aussi : Espace: Deux éléments clés de la vie découverts par Rosetta sur la comète Tchouri

C’est dans le lieu exact de la mort de Rosetta sur « Tchoury » que repose l’ultime suspense. Les scientifiques étudient plusieurs scénarios.

« Cette annonce peut certes paraître un peu triste, vu à quel point le monde entier s’est ému de cette mission spatiale, allant jusqu’à personnifier Rosetta et Philae. Mais c’est pour eux deux la plus belle des fins de missions », assure Pierre-Yves Le Gall pour dédramatiser la fin de cette saga spatiale hors normes.