Toulouse: Un infirmier s'est suicidé dans les locaux du CHU

SOCIETE Un infirmier de 55 ans s’est donné la mort lundi dans son bureau du CHU. La CGT fait un lien entre le drame et des conditions de travail compliquées…

Helene Menal

— 

Le CHU de Rangueil, à Toulouse
Le CHU de Rangueil, à Toulouse — Frédéric Scheiber/20MINUTES

C’est sa collègue qui l’a découvert lundi matin en entrant dans son bureau. Un infirmier de 55 ans s’est suicidé dans son service du CHU de Rangueil à Toulouse. Il travaillait depuis plus de 30 ans dans l’établissement, dont 26 ans en chirurgie cardiovasculaire avant de rejoindre le service d’hypertension artérielle thérapeutique.

«Contexte de restructuration»

Le drame a causé un vif émoi dans la communauté hospitalière. Et même la colère du syndicat CGT du CHU qui a dévoilé le décès et affirme dans un communiqué qu’il « allait mal [et] vivait mal ses conditions de travail dans un contexte de restructuration ». « C’est quelqu’un qui depuis plusieurs mois se plaignait ouvertement à ses collègues. Pour nous, le fait qu’un agent choisisse de se suicider au travail est lourd de sens », confie une adhérente du syndicat qui appelle à un rassemblement le lundi 20 juin, à 17h, à l’Hôtel-Dieu.

Plusieurs enquêtes en cours

La direction du CHU a de son côté fait part de « son immense tristesse ». Mais, « par respect pour la mémoire de la personne décédée, pour sa famille et pour la communauté hospitalière », elle ne souhaite pas commenter à ce stade les circonstances de ce suicide.

« Des enquêtes médico-judiciaire, administrative et interne dans le cadre du Comité d’Hygiène Sécurité et Condition de travail (CHSCT) sont en cours », précise le CHU de Toulouse.