Toulouse : Pour rénover son patrimoine, la ville fait appel aux mécènes

CULTURE Les particuliers et les entreprises vont pouvoir participer directement au financement d’opérations de rénovation comme celle de l’église de la Daurade…

Beatrice Colin

— 

Notre Dame de la Daurade, à Toulouse.
Notre Dame de la Daurade, à Toulouse. — Patrice Nin / Mairie de Toulouse

L’an dernier, pour que Twiga, la girafe du Muséum puisse être naturalisée, 16.140 euros ont été réunis via une opération de financement participatif.

Du mécénat culturel qui permet chaque année à la mairie de Toulouse de collecter près de 1,5 million d’euros auprès de grandes entreprises ou de petites PME, qui peuvent en profiter pour défiscaliser. Ce qui représente 1 % du budget culture de la ville.

Entreprises et particuliers sollicités

Pour l’heure, il visait surtout à parrainer des expositions, des festivals ou encore l’Orchestre du Capitole via l’association Aïda. Mais les finances publiques n’étant pas au beau fixe, la mairie a décidé de trouver cette source de financement pour d’autres projets.

« Nous avons décidé d’élargir ce mécénat au patrimoine, en touchant à la fois les particuliers et les entreprises qui ont envie de donner un sens à leur action. C’est un moyen pour que les Toulousains se réapproprient les lieux auxquels ils sont attachés », fait valoir l’adjoint à la Culture, Francis Grass.

Pour mettre en place cette nouvelle forme de financement, la ville a signé mardi un partenariat avec la Fondation du Patrimoine.

A elle de lancer une souscription auprès des mécènes ou de convaincre les membres de son club, qui regroupe déjà huit entrepreneurs toulousains, de mettre de l’argent sur tel ou tel projet de rénovation.

Trois projets identifiés

Comme celui de relever les orgues de Saint-Sernin. Une opération qui coûtera 156.000 euros à la mairie et est déjà programmée pour le mois de novembre. « Le mécénat viendra en complément du financement public. Nous pourrons associer les donateurs à la vie de cette restauration », explique de son côté le délégué régional de la Fondation du patrimoine, Bernard Cassagnet.

Au cours des deux prochaines années, deux autres projets ont été ciblés par ces financements : la restauration des églises de la Daurade et du Taur.

« Je fais déjà du mécénat sportif, je me suis dit pourquoi pas, le patrimoine c’est notre cœur de métier et en tant que Toulousain si je peux contribuer au rayonnement de ma ville c’est encore mieux », estime Jean Macaud, le gérant de la société de promotion ADN Patrimoine, l’un des huit membres du club de mécènes de la Fondation du Patrimoine.