Colomiers: C'en est fini des célèbres bus gratuits

TRANSPORTS Une véritable révolution se prépare à Colomiers avec la disparition, fin août, des fameux bus gratuits. Les nouveaux seront certes payants mais aussi plus performants…

Helene Menal

— 

Les 8 lignes gratuites de Colomiers vivent leurs dernières heures.
Les 8 lignes gratuites de Colomiers vivent leurs dernières heures. — H. Menal - 20 Minutes

Attention, un séisme se prépare à Colomiers, la deuxième ville de la Haute-Garonne. Le 29 août prochain, les célèbres bus gratuits de la commune rentreront définitivement au dépôt.

Ils seront remplacés comme partout ailleurs dans la métropole toulousaine par des bus du réseau Tisséo dans lesquels, bien sûr, il faudra valider.

Ligne cadencée

La date fatidique de la « bascule » a été annoncée lundi par la maire, Karine Traval-Michelet (PS), aux côtés du président de Tisséo, Jean-Michel Lattes (UDI). L’édile ne supprime pas le réseau columérin pour le plaisir de rentrer dans les rangs. Elle y est contrainte par la loi, la compétence des transports urbains n’étant pas du ressort de la mairie. Les négociations ont duré deux ans avec Tisséo et « j’estime que la ville peut-être satisfaite de la réponse apportée », assure-t-elle.

Car les huit lignes « internes » de Colomiers ont beau être gratuites, elles font aussi des boucles à sens unique qui obligent les usagers à de longs détours. Quant à la fréquence - un passage de l’heure - elle est loin d’être folichonne. Les bus Tisséo passeront eux toutes les 30 minutes aux heures de pointe, dans les deux sens. La ligne 64 laissera la place à un bus « Linéo », très cadencé et directement connecté au métro ou au tram aux Arènes. Une ligne circulaire, la « 150 », fera également son apparition.

Tarifs préférentiels

Pour adoucir le choc, la mairie de Colomiers prendra en charge une partie du coût. Elle offrira la carte Pastel (8 euros) à tous les habitants. Les salariés paieront 15 euros – contre 23,80 à Toulouse (hors part entreprise) - pour un abonnement mensuel. Les plus de 65 ans, eux, bénéficieront toujours de la gratuité et les moins de 26 ans auront droit à un ticket mensuel « 10 déplacements » gratuit.

Des réactions contrastées

Hasna, qui attend la ligne 7 gratuite depuis trois plombes et fait pique-niquer son petit garçon dans l’abribus à la sortie de la crèche, pèse le pour et le contre. « Je crois bien que je préfère payer et attendre moins longtemps », décide-t-elle.

« Je crois bien que je préfère payer et attendre moins longtemps »

Cette autre usagère se résigne déjà à devoir composter pour « aller aux courses et chez le dentiste ». Mais le ticket « 10 déplacements » qu’elle paie pour les virées à Toulouse de ses trois grands enfants sera moins cher. « L’un dans l’autre… ». Quant à ce retraité, pour qui le transport restera gratuit, il n’en démord pas : « C’est pas bien de faire ça aux gens ! »

Une chose est sûre, le service d’information dédié qui ouvrira en mairie le 15 juin, ne sera pas de trop pour décoder cette révolution.