TFC: Le recrutement en Europe de l'Est, c'est fini... Autopsie d'un fiasco

FOOTBALL Après avoir été sa filière privilégiée, le TFC a arrêté de recruter systématiquement en Europe de l’Est. Et on comprend pourquoi…

Nicolas Stival

— 

Uros Spajic, le défenseur du TFC face à Evian-Thonon-Gaillard en Ligue 1, le 22 mars 2014 au Stadium de Toulouse.
Uros Spajic, le défenseur du TFC face à Evian-Thonon-Gaillard en Ligue 1, le 22 mars 2014 au Stadium de Toulouse. — F. Lancelot / Sipa

En l’espace d’une année, entre les étés 2013 et 2014, le TFC a recruté six joueurs d’Europe orientale, venus rejoindre le solide défenseur serbe Pavle Ninkov, arrivé dès 2011. « C’est très agréable de travailler avec les joueurs qui viennent de l’Est car ils ont une éducation, une abnégation dans l’effort et une volonté de réussir », soulignait le président Olivier Sadran à l’été 2014. Malgré cette « volonté », le bilan a tourné au bide, et a convaincu Toulouse de mettre un terme à la filière. Petit rappel chronologique.

Eté 2013 : Les promesses déçues

Mihai Roman (Roumanie, Rapid Bucarest)

A priori, l’ailier droit ou attaquant international roumain, arrivé libre, avait tout de la bonne pioche.

Bilan : Après une préparation de saison 2013-2014 alléchante, Roman est victime d’une rupture du tendon d’Achille (huit mois d’absence). Puis, il enchaînera par une double fracture tibia-péroné. Au final, il n’aura disputé que cinq matchs de L1 en trois ans…

Perspectives : Arrivé en fin de contrat, Roman (31 ans) va quitter le TFC cet été.

Uros Spajic (Serbie, Etoile Rouge de Belgrade)

Le prochain Nemanja Vidic. C’est ainsi qu’était présenté le jeune défenseur central, recruté pour environ 1,5 million d’euros, à son arrivée à Toulouse.

Bilan : D’abord prometteur, Spajic s’est enfoncé dans la médiocrité au fil des mois. Son entrée cataclysmique contre Marseille, en septembre 2015, a marqué les esprits. Ecarté par Pascal Dupraz lors de l’arrivée de l’entraîneur savoyard, en mars 2016.

Perspectives : Sous contrat jusqu’en 2019, l’international A serbe de 23 ans peut partir sans souci. Pas fan du joueur, Dupraz n’a pas non plus toujours apprécié son comportement, comme lorsqu’il a simulé une blessure pour éviter d’évoluer en réserve.

Janvier 2014 : Le mercato des flops

Dominik Furman (Pologne, Legia Varsovie)

Le milieu de terrain polonais a débarqué à Toulouse avec l’étiquette d’un grand espoir. Mais les 2,7 millions d’euros déboursés pour son transfert avaient tout de même surpris dans son pays.

Le bilan : Cinq matchs de Ligue 1 lors des six premiers mois, puis la cave. Furman vient d’enchaîner trois prêts. Lent, sans impact, le milieu axial n’a jamais paru en mesure de s’imposer au TFC.

Les perspectives : Furman (23 ans) va enchaîner un quatrième prêt, vraisemblablement au Cracovia, en Ligue 1 polonaise. Il faut bien tuer le temps, lorsqu’on a encore deux ans de contrat.

Dusan Veskovac (Serbie, Young Boys Berne [Suisse])

Après le départ d’Abdennour pour Monaco, le TFC a recruté le défenseur central serbe pour 800.000 euros. Sportivement, il n a pas gagné au change. Doux euphémisme…

Le bilan : Le défenseur enchaîne les matchs sans génie mais sans trop de boulettes, avant de perdre définitivement sa place en janvier 2015. Prêté à Troyes en 2015-2016, il sort d’une saison épouvantable avec la lanterne rouge auboise.

Les perspectives : Lié au TFC jusqu’en juin 2017, Veskovac (30 ans) n’a aucun avenir en Violet. Une résiliation de contrat dès cet été n’étonnerait personne.

Eté 2014 : Du lourd, mais pas du mobile

Dragos Grigore (Roumanie, Dinamo Bucarest)

Recruté contre environ un million d’euros pour succéder à Jonathan Zebina, le défenseur central est arrivé escorté d’une réputation d’agressivité et de solidité. Les supporters toulousains ont davantage vu le premier aspect.

Le bilan : Souvent titulaire avec Alain Casanova (et parfois capitaine), Grigore sera l’une des victimes de l’avènement de Dominique Arribagé en mars 2015. Il rejoindra en prêt Al Sailiya à l’été 2015, avant d’y être transféré pour de bon en janvier 2016, après avoir été libéré de son contrat par le TFC.

Les perspectives : Grigore (29 ans) revient en France cet été. Il disputera l’Euro avec la Roumanie, premier adversaire des Bleus, le 10 juin à Saint-Denis.

Aleksandar Pesic (Serbie, FK Jagodina)

Un point d’appui recruté pour environ 1,5 million d’euros. Pesic (1,90 m) devait apporter la taille qui manquait à l'attaque toulousaine. Pour le reste, en revanche...

Le bilan : Une première saison correcte (six buts en L1) puis un deuxième exercice indigent (deux réalisations). Pesic ne s’est jamais vraiment extirpé de son statut de troisième choix, derrière Ben Yedder et Braithwaite. Pascal Dupraz l’a envoyé en réserve après sa prise de fonctions.

Les perspectives : L’ancien international Espoirs serbe de 24 ans dispose encore de trois années de contrat. Dupraz ne lui dénie pas certaines qualités, mais regrette son peu de goût pour l’effort. Tout acheteur sera le bienvenu.