Ligue 1: Quel avenir pour Sylla, Veskovac et Furman, les trois «prêtés» du TFC?

FOOTBALL Le TFC avait prêté trois joueurs lors de la saison écoulée. Si Issiaga Sylla a plutôt assuré, Dusan Veskovac et Dominik Furman ont sombré…

Nicolas Stival

— 

Issiaga Sylla, le défenseur du Gazélec Ajaccio prêté par le TFC, tente d'échapper au milieu lorientais Didier Ndong lors d'un match de Ligue 1 à Loirent, le 14 mai 2016.
Issiaga Sylla, le défenseur du Gazélec Ajaccio prêté par le TFC, tente d'échapper au milieu lorientais Didier Ndong lors d'un match de Ligue 1 à Loirent, le 14 mai 2016. — J.-S. Evrard / AFP

Issiaga Sylla, Dusan Veskovac et Dominik Furman ont deux points communs. Tout d’abord, ils ont été prêtés par le TFC en 2015-2016. Ensuite, ils ont fini la saison sur une relégation en deuxième division. Cependant, le Guinéen a nettement plus convaincu que le Serbe et le Polonais.

Issiaga Sylla, les bienfaits d’un séjour en Corse

Si le Gazélec Ajaccio a fini par descendre en L2, ce n’est pas la faute d’Issiaga Sylla. Le jeune arrière gauche (22 ans) a réalisé une saison pleine (34 matchs de L1, quatre passes décisives). Arrivé en mars, Pascal Dupraz ne le connaît pas. Mais il compte découvrir l’international guinéen pendant la préparation de la saison, pour voir s’il peut constituer une alternative intéressante à François Moubandjé (si le Suisse reste), après le départ du Brésilien William Matheus pour Fluminense, au Brésil. ​

​Toutefois, les bonnes performances de Sylla en Corse n’ont pas échappé à d’autres clubs. Selon France Football, il serait suivi, entre autres, par Saint-Etienne et Rennes, alors que le TFC souhaiterait prolonger son contrat qui court jusqu’en juin 2017.

Dusan Veskovac, le naufrage avec Troyes

Lanterne rouge de L1, Troyes a vécu une saison cauchemardesque. Dusan Veskovac aussi. Avec 13 petits matchs disputés, le Serbe de 30 ans n’a pas réussi à se faire une place au sein de la pire défense de l’élite (83 buts encaissés !). Des proches du club aubois relatent un joueur en très grande difficulté, même à l’entraînement…

Débarqué à Toulouse en janvier 2014 contre 800.000 euros, l’ancien arrière central des Young Boys de Berne (L1 suisse) n’a jamais réussi à s’imposer en France. S’il ne trouve pas preneur cet été, sa dernière saison de contrat au TFC risque de se résumer à un long séjour en CFA 2, avec l’équipe réserve.

Dominik Furman, deux fiascos avant un retour au pays ?

Depuis janvier 2015, Dominik Furman a enchaîné trois prêts. Le milieu axial polonais a d’abord fini la saison 2014-2015 au Legia Varsovie, son club formateur, qui l’a de nouveau récupéré au début du dernier exercice… avant de le renvoyer à Toulouse au mercato d’hiver. Furman (23 ans) a alors tenté de se relancer avec l’Hellas Vérone en janvier 2016.

Bilan ? Une seule apparition en Serie A, pendant 19 minutes, dans les rangs du dernier de l’élite italienne, retombé en Serie B. Recruté en janvier 2014 (en même temps que Veskovac…) pour environ 2,7 millions d’euros, Furman n’a joué que cinq matchs de L1 avec le TFC. Très lent, il est l’un des plus gros flops du recrutement toulousain de ces dernières années, pourtant riches en erreurs de casting. Et il lui reste encore deux ans de contrat avec les Violets… Selon la presse de son pays, le jeune joueur devrait de nouveau être prêté, en Ligue 1 polonaise. Probablement au Cracovia, le club préféré de l’ancien pape Jean-Paul II.