Sud-Ouest: Deux villages se disputent une médecin roumaine

SOCIETE Deux communes, du Gers et des Hautes-Pyrénées, se disputent l’accueil d’un médecin originaire de Roumanie…

B.C.

— 

Le Vidal, bible des médecins, et un stéthoscope. Illustration.
Le Vidal, bible des médecins, et un stéthoscope. Illustration. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Une querelle de clochers agite deux villages du Sud-Ouest. Entre la petite commune gersoise de Montesquiou et Castelnau-Rivière-Basse, dans les Hautes-Pyrénées, le torchon brûle. Pas à cause d’un problème entre leurs équipes de rugby. C’est sur le terrain médical que cela se joue.

En toile de fond, le problème des déserts médicaux

A Castelnau-Rivière-Basse on a du mal à accepter que le médecin, une praticienne d’origine roumaine venue s’installer dans la commune en décembre dernier, ait remballé son stéthoscope pour aller ausculter à 40 minutes de là, sur les terres de d’Artagnan. Elle a rejoint une compatriote qui y exerce depuis 20 ans, rapporte La Dépêche du Midi dans son édition du jour.

Du côté des Hautes-Pyrénées on regrette le temps dépensé pour faire venir le médecin tandis qu’on se frotte les mains chez les Gascons, dans un secteur où la question de la démographie médicale est un vrai défi. Pour les communes rurales, trouver des médecins qui veulent venir s’installer est souvent un combat, qui passe par des aménagements et un accompagnement du praticien dans ses démarches.

>> A lire aussi : Déserts médicaux: 50.000 euros pour les médecins qui s'installent

Du coup, entre les deux maires, le ton est monté. Pour justifier son choix, le médecin a expliqué qu’elle n’avait pas assez de patients pour mettre à flot son cabinet.