Corps démembré à Toulouse: Le scénario machiavélique de la dépeceuse du Canal du Midi

JUSTICE Après avoir découpé sa collègue, une femme de 52 ans a tenté de maquiller le meurtre en suicide. La tête de la victime a été retrouvée dans sa résidence…

Beatrice Colin

— 

Jeudi 26 mai lors de la découverte de la valise contenant le tronc de la victime, sur les berges du Canal du Midi.
Jeudi 26 mai lors de la découverte de la valise contenant le tronc de la victime, sur les berges du Canal du Midi. — H. Menal / 20 Minutes

Un scénario machiavélique a été mis au point par une femme de 52 ans pour maquiller le meurtre de sa collègue de boulot avec qui elle entretenait des relations exécrables.

Au fur et à mesure de ses aveux, les policiers de la PJ toulousaine ont reconstitué le puzzle de cette affaire glaçante qui a débuté mardi dernier lorsqu’un passant a aperçu un pied émerger des eaux du Canal du Midi.

Elle s’est achevée samedi soir avec la découverte de la tête de la victime dans le jardin de la résidence de la suspecte et sa mise en examen pour « homicide volontaire et modification des lieux d’un crime », ainsi que son placement sous mandat de dépôt a confirmé dimanche le procureur de la République de Toulouse, Pierre-Yves Couilleau.

>> A lire aussi : Corps démembré dans le Canal du Midi: Une information judiciaire ouverte

Contrairement à ce qu’avait raconté la quinquagénaire lors de sa première audition, sa collègue est morte le 12 mai, et non le 15. Et sa victime n’a pas mis fin à ses jours en se tailladant les veines : ce sont bien les coups qu’elle lui a assénés qui l’ont tuée. Un meurtre maquillé en suicide suivi du démembrement de la victime pour cette Dexter au féminin.

Meurtre maquillé en suicide

Tout a débuté par une dispute au domicile de la victime le jeudi 12 mai dans l’après-midi. Les deux femmes, qui travaillaient ensemble à l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph), n’entretenaient pas de bons rapports. Dans un accès de colère, la mise en examen a asséné un coup de bouteille de vin pleine à sa collègue et lui a donné des coups de pied dans le flanc avant de quitter l’appartement.

A son retour quelques heures plus tard, elle était morte. C’est à ce moment-là qu’elle va échafauder un scénario diabolique pour couvrir son geste au cas où la police remonterait jusqu’à elle. Pour faire croire à un suicide, ce qu’elle racontera dans sa première version, elle entaille l’avant-bras et le poignet de sa victime.

Un SMS ambigu que le bourreau s’est elle-même envoyé

Avant d’abandonner la dépouille tel quel, elle embarque le téléphone et la carte bancaire de la pauvre défunte. Puis reprend la route vers Montpellier, où elle réside.

Arrivée dans l’Hérault, elle utilise le portable de sa victime pour envoyer des textos à ses proches afin de les rassurer et envoie sur son propre téléphone un SMS « sexuellement » ambigu qui pourrait lui servir à justifier son acte au cas où elle serait interpellée.

>> A lire aussi : Corps démembré dans le Canal du Midi: Une femme avoue avoir découpé sa collègue de travail

Sauf que cet argument est vite tombé lorsque l’enquête a montré que les deux téléphones avaient borné à Montpellier alors que la victime gisait morte dans son appartement de Toulouse au moment de l’envoi.

On ne sait pas ce qui a décidé son bourreau à revenir sur les lieux du crime pour mener à bien son funeste dessein. Mais le lundi de Pentecôte, soit quatre jours après le meurtre, la quinquagénaire est retournée dans l’appartement, équipée d’une scie. Durant plusieurs heures, elle a dépecé sa collègue avant d’aller jeter dans la nuit les morceaux de sa dépouille dans le Canal du Midi.

L’enquête va se poursuivre et elle éclairera certainement le juge d’instruction sur la personnalité de cette meurtrière au sang froid qui a expliqué « ne pas avoir voulu donner la mort ».