VIDEO. Pour rendre hommage à Clément Poitrenaud, le Stade Toulousain finit à 14 contre Agen

RUGBY Titulaire lors de la balade toulousaine contre Agen (52-19), Clément Poitrenaud a reçu l'ovation d'Ernest-Wallon lorsqu'il est sorti à la 79e minute, sans être remplacé...

Nicolas Stival

— 

L'arrière Clément Poitrenaud en famille après le match de Top 14 entre le Stade Toulousain et Agen, le 8 mai 2016.
L'arrière Clément Poitrenaud en famille après le match de Top 14 entre le Stade Toulousain et Agen, le 8 mai 2016. — R. Gabalda / AFP

Il ne reste qu’une minute à jouer dans ce Toulouse - Agen à sens unique (52-19), dimanche. Clément Poitrenaud quitte sa pelouse fétiche d’Ernest-Wallon, sous les ovations et les « Clément, Clément ! » du public. Sans l’arrière, qui s’apprête à quitter son club de toujours, le Stade finit le match à 14 contre 15, puisque les huit changements ont été effectués. Ce qui ne l’empêche pas d’inscrire un ultime essai, par Maxime Médard.​

​« La symbolique était assez forte, je ne crois pas que l’on remplace un garçon comme Clément par qui que ce soit, explique l’entraîneur principal Ugo Mola. Il incarne ce qu’est le jeu au Stade Toulousain. C’était bien de lui offrir un match à son image : enjoué, avec beaucoup de passes et d’essais. »​

​Il y a en a eu onze dimanche, dont huit du côté des vainqueurs, dans ce match qui pourrait être le dernier de Poitrenaud avec l’actuel cinquième du Top 14, même s’il reste trois journées à disputer, ainsi que les phases finales. « Je le dis et je le répète, la saison n’est pas terminée, rappelle le trois-quarts de bientôt 34 ans (le 20 mai), qui ne s’interdit pas une pige à venir aux Etats-Unis. J’ai encore deux bras, deux jambes et je suis disponible. »

Disponible, mais réaliste

​Cependant, l’ancien international aux 47 sélections n’est pas dupe. « Max Médard est en pleine bourre et il y a de fortes chances qu’il soit l’arrière du Stade pour les matchs qui comptent. Mais si je suis amené à jouer, je ferai le maximum. »​

>> A lire aussi : Clément Poitrenaud raccroche les crampons

​Sur le terrain ou en tribunes, Poitrenaud espère conclure la belle aventure sur « un titre de champion de France », quatre ans après le dernier Bouclier de Brennus du Stade, son quatrième personnel, en plus de trois Coupes d’Europe.

C’est donc bien une légende que les spectateurs du Wallon ont saluée ce dimanche. « C’était l’occasion de faire une petite fête avec le public, qui a été extra, sourit Poitrenaud. Je n’ai pas toujours été le bienvenu sur tous les terrains de France mais à Toulouse, les gens ont toujours été super. »