Des déchets en bord de Garonne.
Des déchets en bord de Garonne. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

INNOVATION

Toulouse: Une machine pour dépolluer la Garonne va voir le jour grâce au FabLab

Des Toulousains ont conçu une machine pour dépolluer la Garonne grâce au FabLab, qui organise en fin de semaine un festival consacré à ces nouveaux lieux d’innovation…

Chaque jour, les eaux de la Garonne charrient des dizaines de bouteilles et sacs plastiques jusqu’à l’océan Atlantique. Autant de déchets qui s’accumulent dans ce qui est désormais appelé le 7e continent.

>> A lire aussi : Les plastiques, «premiers prédateurs» des océans

Pour participer à sa réduction, des jeunes Toulousains ont eu l’idée de créer une machine qui, positionnée sur le fleuve, pourrait récupérer ces détritus grâce à un tapis actionné par des roues à aube. Là où rien n’existe encore.

Le projet Clean Up porté par des jeunes toulousains et le Fab Lab Artilec.
Le projet Clean Up porté par des jeunes toulousains et le Fab Lab Artilec. - Clean Up

Une innovation qui sera présentée lors du FabLab festival, qui se tient de jeudi à dimanche dans les locaux toulousains d’Artilect.

C’est là, dans cet espace d’échanges où les machines-outils et la matière grise sont à la disposition de tout un chacun, que le projet Clean-Up a pu voir le jour.

Développé grâce au FabLab

Imaginée par le designer Alexis Eskenasi, la machine a ensuite été développée avec une équipe de trois jeunes de la mission locale dont le projet a été lauréat début avril du challenge des FabLabs solidaires d’Orange, I make 4 my city. Ils ont bénéficié d’une bourse de 15.000 euros pour réaliser leur prototype.

« Nous n’avions pas forcément les compétences techniques pour fabriquer certaines parties de la machine. Mais nous avons fait un appel à compétences au sein du FabLab et des ingénieurs y ont répondu. C’est ça l’idée du FabLab, les gens viennent par passion, avec leurs compétences et les mettent au service de projet », plaide Audrina Gasq, une des fondateurs de CleanUp.

Installée d’ici cet été

La machine, autonome en énergie et réalisée à partir de bouteilles recyclées, sera installée sur la Garonne d’ici deux mois, avec ses barrages flottants. Reste à trouver avec la mairie l’endroit idéal pour ne pas gêner la batellerie.

Une fois installée, ce sont ses créateurs qui iront collecter les déchets dans le récupérateur. « Elle va être testée durant trois mois pour voir si ce système fonctionne. Si c’est le cas, nous mettrons les données en open source pour qu’elles puissent être utilisées par d’autres FabLab », promet Audrina Gasq.